Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Autres actions et événements    >    10 Decembre : Non à toute liste des « pays d’origine sûrs »
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Actualités de l'ACAT
Rappel de la pétition TOGO de l’ACAT Suisse contre la recrudescence du lynchage au Togo
Samedi 10 décembre 2016 : Célébration œcuménique et rencontre-débatpour la journée des Droits de l’homme à Bruxelles

L’ACAT vous invite à célébrer la journée internationale des Droits de l’homme en l’église orthodoxe de la Sainte-Trinité et des Saints-Côme et Damien (Rue Paul Spaak 26, 1050 Bruxelles), le samedi 10 décembre 2016 de 18h à 20h.

La célébration sera suivie d’une rencontre-débat sur le thème "Droits de l’homme et privation de liberté en Belgique : respectons-nous la dignité humaine ?"

Nous espérons vous y retrouver nombreux !

La Belgique manque une occasion de ratifier le Protocole contre la Torture !

A l’occasion que l’examen par la Commission justice du parlement examinera le projet de Loi Pot-Pourri IV Le 29 novembre, l’ACAT s’associe à plusieurs autres organisations de la société civile pour dénoncer l’absence d’attention à la torture dans les discussions pour réformer le système judiciaire de notre pays.

Biram Dah Abeid : 2 RV (16 et 17 Novembre 2016)
Conférence le 30 novembre à Bruxelles : Vers l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis ? Le témoignage de Rais Bhuiyan

L’ACAT et Amnesty International s’associent à Sant’Egidio pour l’organisation cette conférence autour d’un témoignage exceptionnel, le mercredi 30 novembre à 19h à la Chapelle de la Résurrection (attention : Rais Bhuiyan s’exprimera en anglais et l’interprétation sera disponible pour un nombre de personnes très limité).

Sur notre page Facebook
10 Decembre : Non à toute liste des « pays d’origine sûrs »

L’asile est un droit. Je m’oppose aux listes de pays d’origine sûrs.

Le besoin de protection d’une personne n’est pas écrit sur son passeport. Tous les demandeurs d’asile ont droit à un égal examen de leur demande. Le pays d’origine d’une personne ne peut jamais dispenser d’examiner en profondeur sa demande de protection contre la torture ou les persécutions.

Dans les listes de pays d’origine sûrs, on retrouve des pays où les violations graves des droits de l’homme sont pourtant encore monnaie courante.
Dans les États ayant une liste de pays d’origine sûrs, des décisions de classer un pays comme « sûr » ont été annulées par des juges, ce qui démontre la fragilité juridique de cette notion et le risque de renvoi dangereux. Les politiques continuent tout de même de faire la sourde oreille.
Loin de vouloir endiguer cette logique de tri, l’Union européenne envisage de lui donner une ampleur nouvelle. Le 9 septembre 2015, le Conseil des ministres de l’Union européenne a validé le principe d’une liste européenne harmonisée des pays d’origine sûrs. Cette proposition est une fausse bonne idée parce qu’elle ne ferait que se surajouter aux listes nationales existantes. Chaque État membre garderait la possibilité d’ajouter à cette liste minimale commune, ses « propres » pays d’origine sûrs, ce qui créerait un système de double liste au lieu de simplifier le traitement des demandes d’asile.

Ce que vous pouvez faire contre cette violation des droits fondamentaux

La discrimination ne devrait jamais être légalisée, ni à l’échelle nationale, ni à l’échelle européenne. C’est donc la notion de pays d’origine sûr elle-même, comme critère de « tri » cautionnant les ruptures d’égalités, qu’il faut éradiquer des directives européennes, pour redonner à la Convention de Genève, issue des Nations unies et sourde aux contingences politiciennes, sa primauté et sa valeur universelle.
Signez la pétition pour mettre fin à la liste des pays d’origine sûrs

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 10 décembre Journée des droits de l’homme en 1950 (résolution 423) afin de promouvoir auprès de tous les peuples la Déclaration universelle des droits de l’homme, idéal commun à atteindre par tous et par toutes les nations.

  Imprimer

Documents joints