Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel urgent Juin 2015/2 - Mexique (Etat de Chihuahua)
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Appel Urgent (Septembre 2018) Vietnam

Le 3 janvier 2018, le Tribunal populaire de la province de Dak Nong, dans le Sud du pays, a condamné Dang Van Hien à la peine de mort pour meurtre, en vertu de l’article 93 du code pénal vietnamien.

Appel Urgent (Septembre 2018) Nicaragua

Au mois d’avril 2018, le gouvernement du Nicaragua tente de « faire passer »l’adoption, sans débat parlementaire ni concertation sociale préalables, d’un nouveau système de retraites. Mais la contestation de la société civile sera impitoyablement réprimée par la police et les paramilitaires à la solde du gouvernement, et le bilan humain ne cessera de s’alourdir au fil du printemps ...

Appel Urgent (Juillet 2018) Turkménistan

Gaspar Matalaev, défenseur des droits humains et reporter pour Alternative Turkmenistan News (ATN), était l’un des journalistes indépendants qui enquêtaient sous couverture pour dénoncer le travail forcé géré par l’État dans les champs de coton, notamment le travail des enfants. Lors de la récolte de coton 2016, il a rassemblé des preuves dans le district de Farap (province de Lebap) : des interviews et des photos de personnes forcées par les autorités à travailler dans les champs de coton, afin que les quotas gouvernementaux soient remplis...

Appel Urgent (Juillet 2018) République démocratique du Congo

« Offense au chef de l’Etat »
Près de six mois après leur arrestation arbitraire, cinq militants du mouvement citoyen pro-démocratie Filimbi (sifflet en Swahili) ont enfin été présentés devant la justice congolaise. Le 19 juin 2018, le tribunal de paix de Ngaliema à Kinshasa a décidé de les maintenir en détention provisoire, pour quinze jours, en attendant leur jugement pour « offense au chef de l’Etat ».

Appel Urgent (Mai 2018) TOGO

Détention arbitraire pour le président d’une ONG togolaise

Suite à la publication d’un rapport critique envers le gouvernement togolais sur la répression de 2017, Assiba Johnson, président du Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement (REJADD-Togo) a été brutalement arrêté à Lomé par le Service de renseignements et d’investigations (SRI). Les agents du SRI ont également fouillé sans mandat le bureau de l’ONG et y ont confisqué du matériel. Assiba Johnson a été interrogé et inculpé par un juge d’instruction pour être ensuite détenu arbitrairement à la prison civile de Lomé où il se trouve encore.

Actualités de l'ACAT
Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

La lettre de l’ACAT : Actualités (NDV) action et prière Mai 2018

Chers adhérents,

En mai 2018, l’ACAT se mobilise pour obtenir la libération de Germain Rukuki. Nous avons également décidé de faire appel à vous concernant la détention arbitraire d’un défenseur togolais, M. Johnson, qui nous préoccupe vivement et à laquelle nous souhaitons que les autorités mettent fin au plus vite.

L’avancée dans le temps se trouvant en réalité aux commandes, nous préparons aussi les différentes veillées de prières œcuméniques, en lien avec la journée internationale de soutien aux victimes de la torture des Nations Unies, qui a lieu le 26 juin de chaque année. Dans ce cadre, nous vous sollicitons. Le but de ce nouveau courrier est de vous fédérer autour de cette nuit des Veilleurs (NDV), et de vous informer un peu plus précisément du déroulement des « festivités ».

En vous souhaitant un beau jour de Pentecôte, et de rencontrer Son Esprit dans votre poursuite du Bien et de la Paix sur la terre, je vous remercie de votre attention.

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Rapport de visite du Comité européen pour la prévention de la torture sur sa visite en Belgique en mars/avril 2017

Belgique : le Comité anti-torture demande une amélioration des conditions de détention en milieu carcéral, une meilleure prise en charge des internés psychiatriques et un renforcement de la lutte contre les violences policières

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques actualités, action et prière Mars 2018

Bonjour à tous,

Ci-après les actualités de l’ACAT Belgique.
Avec nos cordiales salutations

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques

actualités, action et prière

Mars 2018

Sur notre page Facebook
Appel urgent Juin 2015/2 - Mexique (Etat de Chihuahua)

Parodie d’enquête pour retrouver deux disparus

Intervenir avant le 30 juin 2015

Le 2 octobre 2012 vers 5 heures 10, à Ciudad Juárez, des hommes en civil, armés de fusils, ont forcé l’entrée du domicile d’Adrián où lui et son ami dormaient. Ils les ont fait sortir avec leur chemise sur le visage et pieds nus, puis les ont contraints à monter dans une voiture. D’après la tante d’Adrián, ces hommes, ces agents, soi- disant, de la police judiciaire de l’État de Chihuahua, n’ont montré aucun mandat d’arrêt. Par la suite, les autorités n’ont jamais reconnu détenir les jeunes gens. La disparition a été enregistrée, mais le témoignage de la tante accréditant une disparition forcée a été ignoré. L’enquête, confiée à la police et au ministère public incriminés par ce témoignage, patine. La famille et ses avocats du Centre des droits humains de Paso del Norte, partenaire de l’ACAT, ne sont pas informés.
Un juge des garanties, chargé de contrôler l’action du ministère public, a remis en cause la procédure. Le 7 août 2014, il a ordonné l’ouverture d’une enquête pour disparition forcée et demandé le transfert du dossier à un service de police sans lien avec l’affaire. Il a également exigé la présentation aux témoins de photos des agents en service la veille et le jour de la disparition. Malgré plusieurs rappels, les autorités responsables font fi des injonctions du juge, contournant toujours la procédure...
Les ravages de la « guerre contre le crime »
Au Mexique les atteintes aux droits humains ont considérablement augmenté depuis que Felipe Calderon a déclaré la guerre au crime organisé et au narcotrafic. Partout la population civile a payé un lourd tribut à cette stratégie militaire, tandis que la violence des bandes criminelles s’est maintenue. En décembre 2012, le bilan était d’au moins 60.000 morts, 26.000 disparus, 250.000 déplacés internes ainsi que des milliers d’autres, détenus arbitrairement et torturés.
Le président Enrique Peña Nieto poursuit cette politique. Les violations massives des droits de l’homme se perpètrent impunément.
Les bandes criminelles, directement mises en cause bénéficient de la complaisance ou de la complicité des autorités. Souvent, les disparitions suivent des arrestations illégales ou des détentions au secret avec pratique de la torture. De fait, l’État mexicain est coupable de ne pas procéder à des enquêtes.
Les cas de Chihuahua
Chihuahua est l’un des états les plus touchés par les disparitions et la torture. Début 2008, le président Calderón y a lancé l’une des premières « opérations conjointes », mobilisant des milliers de soldats et de fusiliers marins aux côtés de policiers fédéraux. Cette offensive a entraîné des milliers de violations graves des droits des habitants. Progressivement Ciudad Juárez, est devenue le centre névralgique du trafic de drogue vers les USA, champ de bataille de la « guerre des cartels ». Disparitions et assassinats de femmes (300 entre 1993 et 2003) y ont explosé.
Même si, depuis fin 2012, les militaires sont moins présents dans les rues, les abus des policiers et agents du ministère public continuent. Presque 1 250 personnes ont été portées disparues dans l’État entre 1993 et avril 2014. Entre les automnes 2011 et 2014, on recense 126 cas de torture, utilisée soit comme méthode d’enquête, soit pour extorquer de l’argent. Très souvent, les juges acceptent les aveux obtenus sous la torture, tandis que les médecins, craintifs ou corrompus, se taisent. En cas de plainte, le crime sera requalifié d’abus d’autorité ou de blessure légère.
Les défenseurs des droits de l’homme sont extrêmement vulnérables. Il arrive que la police fédérale perquisitionne illégalement les locaux d’ONG, ou, comme en mars 2012, que les ONG locales soient accusées de manipuler les victimes. Une certaine sécurisation du siège des ONG ne protège pas les défenseurs lors du trajet entre le domicile et le bureau, où les agressions sont considérées comme de la délinquance commune. Enfin, pour avoir dénoncé des tortures, d’anciens détenus libérés restent menacés. Parfois, comme Cristel Piña Jasso et son compagnon Leonardo Gilberto de la O, ils voient leur détention prolongée.
Lorsqu’une personne est arrêtée, enlevée par des agents de l’État ou par des individus privés, avec le consentement des autorités, que ces dernières dissimulent son sort, ou refusent de reconnaître ces faits, on parle alors de disparition forcée. Soustraits à la protection de la loi, extraits de la société, les disparus sont à la merci de leurs bourreaux. Le gouvernement se contente d’évoquer des personnes dont on a perdu la trace, incriminant les bandes criminelles sans enquête sérieuse, a fortiori si des agents de l’Etat sont impliqués...
(ACAT FRANCE)

  Imprimer

Documents joints