Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel Urgent (Août 2016) - UKRAINE
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2018 (mois des JNP)

Bien chers tous,

Le SAMEDI 1er DÉCEMBRE 2018 se tiendra une Journée d’étude de l’ACAT-Belgique en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison, à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce colloque ou séminaire « Les Droits de l’Homme : hier, aujourd’hui. Demain ? » rassemblera Natacha Kazatchkine, (analyste politique à l’Open Society European Policy Institute), Vincent Spronck (directeur de la prison de Forest), Éric de Beukelaer, (prêtre catholique et juriste), Valérie Zézé (ancienne détenue co-auteure de la BD « La ballade des dangereuses »), ainsi que M. Lionel Grassy, de la FIACAT et de l’asbl « La balle aux prisonniers. Le soutien et la participation du journaliste à La Libre Belgique et sociologue Christian Laporte reste à confirmer.

En cliquant ici, vous verrez apparaître notre affichette mentionnant tous les détails de cette journée. - oui le format PDF doit être modifié car difficilement lisible-

Pour ce mois de novembre, seules deux actions sont au programme. Toutefois, avec les manifestations relatives aux JNP, l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), et les diverses conférences à l’affiche que sa commémoration appelle, à l’ACAT, nous avons soudain fort à faire. Pour les semaines à venir, nous vous laissons « piocher » dans notre Agenda et vous encourageons à participer à nos actions.
Comme toujours nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et souhaitons vivement la participation du plus grand nombre.

En passant, nous vous informons que fin octobre, notre ACAT Belgique s’est jointe à la position commune, à l’appel du GC4HR · @GulfCentre4HR. مركز الخليج لحقوق الأنسان (Gulf Centre for Human Rights, membre du réseau FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme entre autres).

Basée au Liban et cofondée par Abdulhadi Al-Khawaja et Nabeel Rajab, l’organisation se bat pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme. Le communiqué commun dénonce les agissements de l’Arabie Saoudite à l’encontre des journalistes, des cyber-activistes, notamment les détention arbitraires, l’oppression si répandue et cruelle des femmes, l’écrasement du Yémen et de ses civils, les condamnations à mort … le meurtre hallucinant du journaliste Kashoggi à Istanbul, enfin.

Cette position soutient la résolution de l’ONU demandant l’exclusion de l’Arabie Saoudite du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et exige des enquêtes.

La barbarie, un nom commun qui revenait souvent dans la bouche de notre cher Jacques Pardonge, quand nous étions réunis.

Pour combattre la barbarie donc, qui semble revenir en force, et ériger au contraire la DUDH en « colonne » -pardon je ne sais si l’expression est heureuse- du Christ et de l’humanité, restons en éveil !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Notre programme de nos célébrations pour marquer les 70 années d’existence de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( née en 1948).

SAMEDI 1 er DÉCEMBRE 2018
Journée d’étude de l’ACAT-Belgique –
www.acat.be,
en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison – www.jnp-ndg.be,
à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ,

In het kader van 70 jaar Universele Verklaring van Rechten van de Mens, 2 panels over het thema « vrijheden in het gevangenis als maatschappelijke uitdaging »

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

Sur notre page Facebook
Appel Urgent (Août 2016) - UKRAINE

Disparitions forcées - Détentions secrètes - Tortures !

Une disparition forcée

Word - 56.5 ko

Intervenir avant le 30/08/2016

Le 17 décembre 2015, devant un tribunal de Kostyantynivka (région de Donetsk), Alexandre Dydovytch est condamné à une peine de trois ans avec sursis, pour « avoir transmis des informations concernant des mouvements des forces ukrainiennes aux séparatistes prorusses ». Il est à peine remis en liberté quand deux hommes en tenue de camouflage l’abordent alors qu’il se trouve encore dans la salle d’audiences. Ils le forcent à monter dans un véhicule.
Le lendemain, des gardiens du camp des Services de sécurité ukrainiens (SBU) à Kramatorsk -centre administratif à une trentaine de kilomètres de la ville- préviennent son épouse : M. Dydovytch est incarcéré sur place. Bien qu’autorisée à apporter des colis alimentaires et à échanger des lettres avec son époux une fois par semaine, Madame Dydovitch n’obtiendra jamais la moindre information sur les raisons de la détention de son époux. La dernière lettre d’Alexandre date du 16 avril. Le 20 avril, les gardiens avisent Mme Dydovytch que son mari, souffrant, n’a pas consommé la nourriture apportée. « Ce n’est pas la peine que vous reveniez », lui dit-on sans lui fournir d’explications. Le jour-même, elle dépose une requête officielle auprès des SBU. Ces derniers indiquent ne jamais avoir détenu son mari. Suite à un nouveau recours, le procureur de Kostyantynivka ouvre une enquête sur cette disparition. Le 10 juin, un expert- graphologue authentifie les lettres d’Alexandre, les ayant comparées à ses cahiers d’écolier.
L’enquête se poursuit, mais la famille d’Alexandre Dydovytch ignore où il se trouve et sa sécurité suscite de vives craintes.
En vertu du droit ukrainien, les SBU ne sont pas habilités à détenir des prisonniers ailleurs que dans leur centre de détention officiel à Kiev, et ce, pour une durée maximale de 10 jours.

Détentions secrètes et tortures

On dispose désormais de dizaines de témoignages de victimes des deux parties au conflit armé, notamment dans la région du Donbass à l’est du pays. Des organisations ont précisément documenté la détention arbitraire et prolongée de civils dans des lieux informels secrets. Ces pratiques équivalent à des disparitions forcées. Elles sont le fait tant des séparatistes prorusses que des autorités ukrainiennes. Les civils des deux camps constituent une« monnaie » d’échange de prisonniers. Ce procédé peut être considéré comme une prise d’otage, un crime de guerre, donc.
Les redoutables services de sécurité des républiques populaires auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk torturent les civils et prisonniers qu’ils détiennent de façon arbitraire. Les services secrets ukrainiens en font autant.
***
En mars 2016, des délégués du Sous- comité des Nations unies pour la prévention de la torture, n’ont pas pu accéder aux sites de détention qu’ils projetaient d’inspecter, en particulier le bâtiment des SBU à Kramators (oblast de Donetsk). Ils ont donc écourté leur visite. Il existait pourtant des allégations selon lesquelles des personnes incarcérées y avaient été torturées. La Mission des Nations unies de surveillance des droits de l’homme a également mis en évidence le recours à la détention au secret ainsi qu’à la torture et aux traitements inhumains et dégradants. Les nombreux cas signalés depuis la fin de 2015 impliquent essentiellement les SBU. Ils n’ont jamais été suivis d’enquêtes approfondies. En juin 2016 les SBU ont catégoriquement rejeté ces accusations, niant détenir quiconque ailleurs qu’au centre de détention provisoire de Kiev.

http://www.amnesty.be/je-veux-m-informer/actualites/article/torture-et-detention-secrete

L’Ukraine est partie au PIDCP et à la Convention contre la Torture.

Nous vous invitons à adresser une copie du modèle de lettre ci-joint aux autorités dont l’adresse se trouve sur la lettre. Affranchir à 0,72€ pour la Belgique et à 1,32€ pour l’international.


  Imprimer

Répondre à cet article