Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel Urgent (Juillet 2016) - INDE (Kerala, Chhattisgarh)
Actualités de l'ACAT
Chers adhérents,Noël et les festivités du 1er...

Chers adhérents,

Noël et les festivités du 1er janvier 2020 sont derrière nous à présent. Cependant nous gardons, nous, tapie au fond de nous, cette chaleur merveilleuse ineffable et douce de la venue au monde de Christ. Et avec vous, nous comptons bien continuer de déployer notre Action en faveur de la dignité et des droits des hommes et femmes, chaque fois qu’ils sont bafoués ou menacés.
Conservons donc cette Lumière jamais égalée et laissons- nous guider par le Verbe et sa Parole tout le long de l’Année qui commence.
Ensemble pour des avancées solidaires et fraternelles sur les chemins du Monde,

Excellente année à chacun et chacune d’entre vous et Merci d’être là !

p.o ACAT Belgique
Cécile Auriol, administratrice toujours à votre service

La lettre de l’ACAT 10 décembre 2019 : la DUDH fête 71 ans !

Chers adhérents,
Aujourd’hui nous mettons un défenseur à l’honneur, anniversaire de la DUDH (Déclaration universelle des droits de l’homme) oblige, puisque le combat pour les droits humains est précisément notre raison d’exister .
A côté des défenseurs Germain Rukuki, Tamara Chikunova ou Carole Rackete, sur le destin desquels il nous tiendra à coeur de revenir (mais pour des raisons pratiques, seulement ultérieurement), autant d’hommes et de femmes que nous vous prions de ne pas oublier, nous vous invitons aujourd’hui à joindre votre voix à celle de l’ACAT France et à intervenir pour un défenseur copte engagé, Ramy Kamel, détenu et probablement torturé.
Merci pour Rami
Germain .
Carole et Tamara

Beau Temps de l’Avent à tous et toutes !

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT décembre 2019 : Avent

Chers adhérents,

Nous serons concis et ainsi, peut-être, entendus, et nous approcherons de la sorte des " buts recherchés".

L’Avent, c’est "l’attente dans l’espérance et dans la vigilance". Plus que jamais, nous vous appelons à vous tenir concrètement à nos côtés au cœur de l’ACAT, en nous envoyant par exemple vos réactions, témoignages et textes, ou vos propositions d’actions, qui serviront à enrichir, entre autres, notre ACAT -Info.

Vous êtes l’ACAT Belgique, qui doit retrouver son souffle premier !

Les appels ce mois-ci visent la répression exercée par un gouvernement central tout-puissant sur la périphérie troublée de œkoumène chinois.

Mais, nous, allons ensemble, et portons notre message -qui est le Sien- aux extrémités de la terre.

Beau Temps de l’Avent à tous et toutes !

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT Édition Spéciale 20 novembre 2019

30è anniversaire de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant (CIDE)

Chers adhérents,

Le 20 novembre 1989, la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) était signée à l’ONU par 195 États. Aucun autre traité international relatif aux Droits de l’Homme n’avait jamais suscité un tel consensus de la part des États. Actuellement, seuls les États-Unis n’ont pas ratifié la Convention. La Somalie, le Soudan du Sud et la Palestine en sont les derniers signataires en date.

À la croisée des chemins entre son passé glorieux et son avenir potentiel, c’est à nous qu’il appartient clairement de renouveler notre engagement à son égard. Or si le droit de chaque enfant à vivre dans des conditions décentes, à accéder à la santé, à l’éducation, sans oublier le droit à être protégé de toutes les formes de violences, le core business de notre action, se sont imposés dans nos sociétés, la notion de l’intérêt supérieur de l’enfant, demandée par la Convention, reste aujourd’hui, méconnue et incomprise dans nombre de pays. De fait, elle sera souvent utilisée comme un étendard sans relation avec la réalité. Surtout la violence (à leur égard, et quelle que soit sa forme) peut résulter de carences des institutions ne répondant pas ou couvrant insuffisamment les besoins de l’enfant. En outre, beaucoup sont ballottés d’un lieu l’autre, au gré de décisions auxquelles ils ne comprennent trop souvent pas grand chose. Du moins, un grand nombre éprouve ce sentiment. Or leur droit d’expression, et celui de participer aux choix qui les concernent, sont garantis par la CIDE (relire les articles 9 et 12). Partout dans le monde ils devraient être entendus, et ne pas être trimballés, sans leur accord, de foyers en foyers, d’écoles en écoles, voire de pays en pays, ou d’armées en armées.

Il y a plus de 2000 ans se jouait la scène de la Présentation au Temple de Jérusalem, centre de la vie religieuse en Israël. Si les responsables religieux d’alors n’ont pas accueilli Jésus, un "juste" (Siméon) et la prophétesse Anne vont à sa rencontre et reconnaissent en lui le Messie. Nous sommes invités à être "juste" en suivant Siméon, et à l’instar d’Anne, à prier et à garder le Temple. Jésus est le Messie, non par la puissance, mais parce–qu’il sert la société de son temps et le monde. Ainsi l’Église commencera à Jérusalem d’où les chrétiens partiront porter l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre. Et bien, on peut tout à fait imaginer cette scène transposée en 2020, où nos enfants avec leurs « satanés » smartphones et autres media high tech abstrus, porteraient concrètement le message de l’Évangile, à commencer celui des droits de l’Homme, aux quatre coins du monde.

Nous profitons de cette édition spéciale de notre lettre pour vous appeler à vous engager, vous aussi, davantage à nos côtés au cœur de l’ACAT, en nous envoyant par exemple vos réactions, témoignages et textes, ou vos propositions d’actions, qui serviront à enrichir notamment notre ACAT-Info.

Vous, qui lisez ces lignes, vous êtes l’ACAT Belgique, qui ne doit pas mourir mais retrouver son souffle premier !

Ah j’oubliais presque : un merci particulier notamment à François – réseau Sos Peine de mort-, Christian, Florent, Paul, Bénédicte et Térèse–Marie, Oli et Christophe pour leurs généreuses contributions.

En attendant, cap sur le Soudan du sud dont nous exhortons les autorités à assurer la protection effective des enfants contre les violations très graves subsistant à leur encontre !

Belle semaine

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

Les Journées Nationales de la Prison 2019...

Les Journées Nationales de la Prison 2019 auront lieu du 23 au 30 novembre. Le thème de cette année est « Justice, Prison : Sortir du cercle vicieux ».

Sur notre page Facebook
Appel Urgent (Juillet 2016) - INDE (Kerala, Chhattisgarh)

Attentats impunis contre les plus vulnérables !

« Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter, car je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus . »
(Ga 6, 17)

Word - 41.5 ko

Intervenir avant le 11/08/2016

En raison des préjugés touchant les Dalits (opprimés) et les Adivasis (aborigènes), les crimes commis contre les femmes de ces communautés sont rarement suivis de poursuites judiciaires. Une étude de 2005 sur 500 femmes dalits victimes de violence dans 4 États indiens a révélé que deux victimes sur cinq n’avaient pas porté plainte, par peur des auteurs ou de la stigmatisation. Elles étaient aussi convaincues qu’elles n’obtiendraient jamais réparation.

Attentisme et inaction de la police

L’inaction de la police après le viol et le meurtre barbare d’une jeune Dalit de 30 ans à Vattolippadi est patente. Le 28 avril au soir, l’étudiante en droit a été retrouvée morte à son domicile par sa mère, une journalière. L’autopsie a révélé 38 lésions sur son corps, ainsi que des traces de viol. Ses intestins avaient été partiellement retirés. La police a bien enregistré un procès verbal introductif. Mais elle n’a pas fourni de copie aux proches de la victime, comme l’exige la législation. Trois hommes ont été arrêtés pour cette affaire. Le gouvernement du Kerala a annoncé qu’il verserait 100 000 roupies en guise d’indemnités aux proches de la victime.
Cependant, il s’est avéré par la suite que jamais les policiers n’avaient traité les précédentes plaintes faisant état des humiliations et intimidations subies par la famille de la jeune femme, issue d’une caste « inférieure ». La sœur et la mère ont tenté à plusieurs reprises de porter plainte contre des individus ou pour des actes malveillants. En vain. Chaque fois, la police locale a fermé les yeux. Pauvre et dalit, cette famille souffrait d’exclusion sociale et n’était même pas autorisée à prendre de l’eau dans le puits de ses voisins. La mère et la fille, qui résistaient à cet ostracisme, n’étaient pas bien vues.
Généralement, les femmes dalits subissent des discriminations, à de multiples niveaux, notamment de la part de la population et de la police. L’inaction de cette dernière dans les affaires de violence touchant cette caste est monnaie courante en Inde.

Complicité des forces de sécurité ?

Soni Sori, de la communauté adivasi, lutte pour les droits fonciers des indigènes au Chhattisgarh. Cet Etat de l’est indien est affecté par un conflit de basse intensité entre guérilla maoïste et forces de sécurité. Soutenue par son équipe, Soni Sori investigue aussi sur le viol suivi du meurtre d’une jeune indigène, Madkham Ihdme, du village de Gompad (district de Sukma). Les auteurs du crime appartiendraient aux forces de sécurité.

Le 15 juin dernier, en route pour Gompad, le groupe, conduit par Mme Sori, est rudoyé à différents check-points dressés par les forces de sécurité, pourtant préalablement averties. Il est retenu 4 heures durant dans un camp paramilitaire à 10kms de la destination qu’il s’est fixée. Le soir même, Soni Sori et ses compagnons sollicitent l’assistance d’un gradé de la police de Sukma, qui va invoquer l’absence de renforts disponibles. Soni Sori entame alors une grève de la faim et un sit-in devant le poste. Le lendemain, des militants d’Aam Aadmi, le parti de Mme Sori, se joignent à l’équipe qui finit par obtenir l’autorisation officielle de se rendre à Gompad. Sauf Mme Sori, sommée de patienter dans la localité voisine de Konta. Cependant malgré les assurances de la police, le groupe n’atteindra jamais Gompad.
Lorsqu’il quitte Konta, il est agressé par une foule violente, sous le regard impassible des agents de sécurité. Les militants sont chahutés toute la nuit et menacés de représailles. Il ne leur reste qu’à rebrousser chemin. En février 2016, Soni Sori avait été hospitalisée après que trois hommes non identifiés lui aient jeté une substance chimique corrosive au visage, la menaçant de s’en prendre à sa fille si elle poursuivait son travail d’enquête sur plusieurs exécutions extra-judiciaires, qui impliquent des officiers de police. En mars, son beau- frère était verbalement et physiquement malmené deux jours durant au commissariat de Jagdalpur. Sa sœur, son père et son époux ont également été interrogés et rudoyés par la police.
Le viol collectif ayant causé la mort d’une étudiante de Delhi fin 2012 a mis en lumière la violence à l’égard des femmes et entraîné des manifestations dans tout le pays. Les victimes de viol, ostracisées, sont souvent pressées de renoncer à porter plainte. De leur côté, les membres masculins des castes dominantes utilisent la violence sexuelle contre les femmes, en particulier contre les Dalits. Ils se servent de ces crimes comme d’un instrument politique pour affirmer leur pouvoir. La loi de mars 2013 concernant les auteurs de viol, durcie après le crime de Dehli, prévoit une peine de 20 ans minimum en cas de viol collectif. Mais les agresseurs continuent d’agir en toute impunité et des milliers de jeunes indiennes, de vivre dans la peur.

Nous vous invitons à adresser une copie de la lettre ci-jointe aux autorités concernées. Affranchir à 0,79€ pour la Belgique et à 1,45€ pour l’Inde.
  Imprimer