Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel Urgent (Juillet 2016) - TIBET (RP CHINE)
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Appel Urgent (Septembre 2018) Vietnam

Le 3 janvier 2018, le Tribunal populaire de la province de Dak Nong, dans le Sud du pays, a condamné Dang Van Hien à la peine de mort pour meurtre, en vertu de l’article 93 du code pénal vietnamien.

Appel Urgent (Septembre 2018) Nicaragua

Au mois d’avril 2018, le gouvernement du Nicaragua tente de « faire passer »l’adoption, sans débat parlementaire ni concertation sociale préalables, d’un nouveau système de retraites. Mais la contestation de la société civile sera impitoyablement réprimée par la police et les paramilitaires à la solde du gouvernement, et le bilan humain ne cessera de s’alourdir au fil du printemps ...

Appel Urgent (Juillet 2018) Turkménistan

Gaspar Matalaev, défenseur des droits humains et reporter pour Alternative Turkmenistan News (ATN), était l’un des journalistes indépendants qui enquêtaient sous couverture pour dénoncer le travail forcé géré par l’État dans les champs de coton, notamment le travail des enfants. Lors de la récolte de coton 2016, il a rassemblé des preuves dans le district de Farap (province de Lebap) : des interviews et des photos de personnes forcées par les autorités à travailler dans les champs de coton, afin que les quotas gouvernementaux soient remplis...

Appel Urgent (Juillet 2018) République démocratique du Congo

« Offense au chef de l’Etat »
Près de six mois après leur arrestation arbitraire, cinq militants du mouvement citoyen pro-démocratie Filimbi (sifflet en Swahili) ont enfin été présentés devant la justice congolaise. Le 19 juin 2018, le tribunal de paix de Ngaliema à Kinshasa a décidé de les maintenir en détention provisoire, pour quinze jours, en attendant leur jugement pour « offense au chef de l’Etat ».

Appel Urgent (Mai 2018) TOGO

Détention arbitraire pour le président d’une ONG togolaise

Suite à la publication d’un rapport critique envers le gouvernement togolais sur la répression de 2017, Assiba Johnson, président du Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement (REJADD-Togo) a été brutalement arrêté à Lomé par le Service de renseignements et d’investigations (SRI). Les agents du SRI ont également fouillé sans mandat le bureau de l’ONG et y ont confisqué du matériel. Assiba Johnson a été interrogé et inculpé par un juge d’instruction pour être ensuite détenu arbitrairement à la prison civile de Lomé où il se trouve encore.

Actualités de l'ACAT
Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

La lettre de l’ACAT : Actualités (NDV) action et prière Mai 2018

Chers adhérents,

En mai 2018, l’ACAT se mobilise pour obtenir la libération de Germain Rukuki. Nous avons également décidé de faire appel à vous concernant la détention arbitraire d’un défenseur togolais, M. Johnson, qui nous préoccupe vivement et à laquelle nous souhaitons que les autorités mettent fin au plus vite.

L’avancée dans le temps se trouvant en réalité aux commandes, nous préparons aussi les différentes veillées de prières œcuméniques, en lien avec la journée internationale de soutien aux victimes de la torture des Nations Unies, qui a lieu le 26 juin de chaque année. Dans ce cadre, nous vous sollicitons. Le but de ce nouveau courrier est de vous fédérer autour de cette nuit des Veilleurs (NDV), et de vous informer un peu plus précisément du déroulement des « festivités ».

En vous souhaitant un beau jour de Pentecôte, et de rencontrer Son Esprit dans votre poursuite du Bien et de la Paix sur la terre, je vous remercie de votre attention.

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Rapport de visite du Comité européen pour la prévention de la torture sur sa visite en Belgique en mars/avril 2017

Belgique : le Comité anti-torture demande une amélioration des conditions de détention en milieu carcéral, une meilleure prise en charge des internés psychiatriques et un renforcement de la lutte contre les violences policières

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques actualités, action et prière Mars 2018

Bonjour à tous,

Ci-après les actualités de l’ACAT Belgique.
Avec nos cordiales salutations

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques

actualités, action et prière

Mars 2018

Sur notre page Facebook
Appel Urgent (Juillet 2016) - TIBET (RP CHINE)

Un gar est un campement religieux dont les origines remonteraient au Tibet du 14ème siècle. Les nomades se formaient alors au Bouddhisme sous la conduite de maîtres charismatiques. Le gar ne fait aucune distinction entre moines et laïques, ou hommes et femmes.

« Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour »
Ps 145, 8-9

Word - 45 ko

Intervenir avant le 11/08/2016

Les hauts plateaux tibétains sont le cadre de la répression nationale du gouvernement chinois, aux yeux duquel tout Tibétain représente un dissident potentiel. D’où le renforcement de la surveillance de la communauté tibétaine dans son ensemble.
Dans le but de préserver « la stabilité territoriale”- en fait pour faire taire toute voix discordante- des milliers de fonctionnaires, hans ou tibétains à la solde du gouvernement, sont mutés aux quatre coins de la région. Dans les communautés tibétaines rurales, la plupart des activités sociales, culturelles et environnementales, jadis considérées comme inoffensives, sont désormais suspectes aux yeux de Pékin.

De la répression

La condamnation de trois lamas de Chamdo en avril 2013 ouvre la voie à une vague de punitions collectives. Des dizaines de Tibétains sont arrêtés, tabassés, soumis à des séances d’endoctrinement forcé. La plupart ne font pourtant qu’exercer leurs droits à la liberté d’expression. Ainsi ils se bornent à critiquer des décisions officielles à l’échelon local, concernant par exemple des projets miniers, l’usage de la langue tibétaine, ou la non-condamnation d’une auto-immolation. Lors de plusieurs manifestations non-violentes, les forces de sécurité n’hésitent pas à ouvrir le feu sur les protestataires.
C’est dans les villages ou les bourgs éloignés que les détentions politiques sont les plus fréquentes, que les sentences les plus sévères sont appliquées, pour des infractions assez mineures, comparativement à d’autres régions chinoises. Enfin, si jadis le gouvernement accusait rarement la population rurale de fomenter des troubles, la plupart des détenus actuels sont chefs de communauté, militants environnementaux ou acteurs culturels.

Démolition de Larung Gar : « un pas en arrière »

Pour atteindre la limite de 5 000 résidents fixée par le gouvernement d’ici octobre 2017, une ordonnance en 8 points programme d’expulser 75% des résidents permanents de Larung Gar, soit 20.000 religieux et pratiquants laïques. En 2001, les autorités ont déjà chassé manu militari des milliers de moines et de laïques. Certains en sont morts. Par exemple Khenpo Jigme Phuntsok, fondateur en 1980 de l’Institut bouddhiste de Larung Gar est mort dans des circonstances mystérieuses, dans un hôpital de Chengdu.
Les gars, moins organisés ou structurés que les institutions monastiques, ont échappé au contrôle direct du Parti et du gouvernement, à sa propagande, à ses intrusions visant l’éducation politique. Mais, dans les circonstances actuelles, Pékin entend surveiller et restreindre drastiquement les activités des résidents de Larung Gar. L’ordonnance règle en détails la collecte d’informations sur les résidents, la réduction du nombre de pratiquants laïques et religieux, l’encadrement absolu du gar par des représentants du gouvernement. Jusqu’à 2001, le gar était « l’oasis spirituelle » de quelque 8 000 moines, moniales et étudiants.

De la liberté religieuse

La campagne actuelle contre Larung Gar
vide de tout son sens l’article 36 de la Constitution, qui garantit la liberté de croyance religieuse. Ce principe de la liberté religieuse a pourtant été réaffirmé par le président Jiang Zemin en 1993 et en 2001. A la conférence nationale de travail sur la religion d’avril 2016, le président Xi Jinping a adopté la même approche. Un livre blanc sur la liberté de religion concernant le Xinjiang publié ce 2 juin, affirme que ce principe constitutionnel est globalement appliqué en Chine.
Pourtant les restrictions de plus en plus strictes de la pratique religieuse (approbation préalable obligatoire du clergé, des rituels et des contenus pédagogiques religieux et extension de la propagande) nous disent le contraire. Rappelons la campagne menée dans le Zhejiang et le Sud- Est de la Chine avec le démontage des croix (au lance-flammes), la détention ou l’assignation à résidence de maints défenseurs des Chrétiens.
Le pouvoir central accroît son hégémonie et la surveillance des pratiques religieuses. Son autoritarisme est de plus en plus marqué, en particulier dans ses régions frontalières. Ainsi, au Tibet et au Xinjiang, des personnes sont encore exécutées pour crime politique. Le traitement des détenus reste problématique puisqu’en 2015, 14 seraient décédés pendant leur emprisonnement ou peu après leur relaxe. Au Tibet, nombre de mineurs sont par ailleurs emprisonnés. Les prisonniers politiques y subissent des méthodes de torture encore plus inhumaines que dans le reste du pays.
Pékin ne peut accepter aucune contestation, fût-elle mineure, aux marches stratégiques de l’Empire. Toute "note discordante" y est considérée comme séparatiste. Pékin la réduit donc au silence.

Nous vous invitons à adresser une copie de la lettre ci-jointe aux autorités concernées. Affranchir à 0,79€ pour la Belgique et à 1,45€ pour la Chine.
  Imprimer

Documents joints