Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel Urgent (Mai 2016) - Pakistan
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Appel urgent (Decembre 2017) - ARABIE SAOUDITE

Abdulkareem al Hawaj, un jeune Saoudien chiite, a été condamné à mort, sur la base d’aveux extorqués sous la torture, pour des faits qu’il aurait commis en 2012, lorsqu’il était mineur. Suite à son arrestation, il aurait été détenu au secret pendant les cinq premiers mois de sa détention. Il n’a pas non plus eu accès à un avocat pendant sa détention provisoire et ses interrogatoires.

Appel urgent (Decembre 2017) - TADJIKISTAN

BOUZOURGMEKHR YOROV,
un avocat maltraité en prison !

Condamné pour divers chefs d’accusation spécieux à 28 ans d’emprisonnement, l’avocat tadjik Bouzourgmekhr Yorov est battu, humilié et tenu régulièrement à l’isolement. Il a très probablement été arrêté afin d’être empêché de défendre les dirigeants d’un parti d’opposition interdit qu’il représente et afin de dissuader tout autre avocat de le faire.

Appel urgent (Novembre 2017) - BELGIQUE

PLAIDOYER POUR LE BIEN-VIVRE DES ANCIENS DETENUS

Appel urgent (Novembre 2017) - GUINÉE-EQUATORIALE

Bientôt deux mois que le dessinateur équato-guinéen est détenu sans inculpation à la prison de Black Beach à Malabo. Son péché est d’avoir publié la Bande dessinée « La Pesadilla de Obi » (« Le cauchemar d’Obiang »), très critique envers le régime du Président Teodoro Obiang Nguema au pouvoir depuis août 1979.
En 2014, Ramon Esono Ebalé, qui vit au Paraguay, publie « La Pesadilla de Obi », dans laquelle il dénonce les abus du régime en place en Guinée- équatoriale, au nombre desquels les élections frauduleuses, la corruption et les richesses accaparées par le clan Obiang.

Appel urgent (Octobre 2017) - BAHREÏN

TORTURES ET HARCÈLEMENT
Outre une pratique généralisée de la torture et des mauvais traitements sur les détenus, les autorités bahreïnies s’en prennent de plus en plus systématiquement aux défenseurs des droits humains et aux opposants politiques du pays.

Appel Urgent (Mai 2016) - Pakistan

Un détenu paralysé en prison risque maintenant d’être exécuté.

La pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue pierre d’angle”.
Ps 118 , 22

Word - 27.7 ko

Intervenir avant le 05/06/2016

Bien qu’il ait toujours clamé son innocence, Abdul Basit a été déclaré coupable de meurtre et condamné à mort il y a plus de six ans. Or Abdul Basit est devenu paraplégique en 2010 à cause des conditions inhumaines de détention à la prison centrale de Faisalabad : une unique salle de bains pour cent prisonniers, des cellules exiguës, une chaleur de fournaise pouvant conduire au décès des détenus. Lorsqu’une méningite tuberculeuse s’est déclarée chez lui, Abdul Basit n’a pas bénéficié des soins médicaux nécessaires. Son exécution d’abord prévue pour juillet 2015, puis pour septembre 2015, et enfin pour le 24 novembre 2015,a été reportée à trois reprises, chaque fois in extremis. Cette exécution a été suspendue d’une part, parce que les autorités n’ont pas trouvé de solution pour organiser la pendaison d’un homme en fauteuil roulant et d’autre part, parce que l’annonce de cette exécution a provoqué un tollé planétaire. Le délai de suspension de trois mois a expiré le 25 janvier 2016 !
Lors d’une réunion ministérielle, le 22 avril, un représentant de la présidence a révélé que ses services pensaient qu’il était peu vraisemblable que l’exécution se déroule légalement ( ?!).Pourtant, le président n’a pas ordonné de nouveau report. Le 25, les autorités pénitentiaires ont indiqué aux proches du condamné qu’un nouvel avis d’exécution serait demandé au juge très prochainement.

Durcissement et « dérèglement »judicaire

L’attentat perpétré le 16 décembre 2014 par des talibans pakistanais dans une école de Peshawar gérée par l’armée a fait 149 morts, dont 132 enfants. le Premier ministre Nawaz Sharif a progressivement levé le moratoire en vigueur depuis six ans, autorisant le recours à la peine capitale dans les affaires de terrorisme. Depuis le 11 mars 2015, la peine de mort est susceptible d’être appliquée pour toutes les infractions les plus graves. Elle menace jusqu’à un millier de personnes ayant épuisé leurs voies de recours. Au total, plus de 368 prisonniers ont été exécutés depuis la fin du moratoire. Environ 7000 prisonniers attendaient dans le quartier des condamnés à mort à la fin de l’année 2015. Au Pakistan au moins 27 infractions entraînent la peine capitale. Certains délits, qui n’ »ont pas entraîné la mort », ne peuvent être considérés comme faisant partie des « crimes les plus graves », évoqués à l’article 6.2 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel le Pakistan est partie.
Amnesty, qui a demandé l’ouverture d’une enquête sur les attaques aveugles de Peshawar, avait insisté pour que les responsables soient jugés selon des procédures respectant les normes internationales d’équité, excluant la peine de mort. Après l’attentat, le Pakistan a modifié sa Constitution afin d’accélérer les procédures dans les affaires de terrorisme, les confiant non plus aux tribunaux civils mais à des tribunaux militaires, peu soucieux de l’équité des procès.
Ainsi les sentences capitales prononcées sont le résultat de procès iniques, notamment parce que les tribunaux jugent recevables des « aveux » arrachés sous la torture. Les accusés sont privés d’avocat, ou bien ceux-ci sont commis d’office et sous-payés, à moins que l’accusé ou sa famille ne proposent une gratification supplémentaire.
Les juridictions inférieures émettent aussi des sentences capitales et restreignent l’accès du public aux procès. Obligées d’accélérer les procédures, elles exercent sur les juges une pression extrême, les incitant à déclarer les accusés coupables et à bafouer ainsi le droit à un procès équitable. En 2012, le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires a conclu que les tribunaux militaires et autres juridictions d’exception ne devraient pas être habilités à prononcer la peine capitale.

Partie au PIDCP, le Pakistan a ratifié la Convention contre la Torture en 2010

PNG - 567.5 ko
La prison centrale de Faisalabad

Nous vous invitons à adresser une copie du modèle de lettre ci-joint aux
autorités dont l’adresse se trouve sur la lettre.
Affranchir à 0,79€ pour la Belgique et à 1,45€ pour l’international.

  Imprimer