Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appel Urgent (Mai 2018) TOGO
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

La lettre de l’ACAT : Actualités (NDV) action et prière Mai 2018

Chers adhérents,

En mai 2018, l’ACAT se mobilise pour obtenir la libération de Germain Rukuki. Nous avons également décidé de faire appel à vous concernant la détention arbitraire d’un défenseur togolais, M. Johnson, qui nous préoccupe vivement et à laquelle nous souhaitons que les autorités mettent fin au plus vite.

L’avancée dans le temps se trouvant en réalité aux commandes, nous préparons aussi les différentes veillées de prières œcuméniques, en lien avec la journée internationale de soutien aux victimes de la torture des Nations Unies, qui a lieu le 26 juin de chaque année. Dans ce cadre, nous vous sollicitons. Le but de ce nouveau courrier est de vous fédérer autour de cette nuit des Veilleurs (NDV), et de vous informer un peu plus précisément du déroulement des « festivités ».

En vous souhaitant un beau jour de Pentecôte, et de rencontrer Son Esprit dans votre poursuite du Bien et de la Paix sur la terre, je vous remercie de votre attention.

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Rapport de visite du Comité européen pour la prévention de la torture sur sa visite en Belgique en mars/avril 2017

Belgique : le Comité anti-torture demande une amélioration des conditions de détention en milieu carcéral, une meilleure prise en charge des internés psychiatriques et un renforcement de la lutte contre les violences policières

Sur notre page Facebook
Appel Urgent (Mai 2018) TOGO

Détention arbitraire pour le président d’une ONG togolaise

Suite à la publication d’un rapport critique envers le gouvernement togolais sur la répression de 2017, Assiba Johnson, président du Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement (REJADD-Togo) a été brutalement arrêté à Lomé par le Service de renseignements et d’investigations (SRI). Les agents du SRI ont également fouillé sans mandat le bureau de l’ONG et y ont confisqué du matériel. Assiba Johnson a été interrogé et inculpé par un juge d’instruction pour être ensuite détenu arbitrairement à la prison civile de Lomé où il se trouve encore.


Photo : Togo Tribune

Word - 30.4 ko

Intervenir avant le 09/01/2018

Arrestation et perquisition musclées

Le 4 avril 2018, M. Johnson a été brutalement arrêté par des hommes du SRI de la gendarmerie nationale, à bord d’une voiture banalisée, puis conduit au siège du REJADD à Gbossimé, où les agents du SRI lui ont demandé d’ouvrir la porte du bureau. À la suite de son refus, les policiers ont forcé l’entrée et fouillé les bureaux, puis saisi des ordinateurs et du matériel de l’ONG. L’arrestation- qui a plutôt ressemblé à un enlèvement- et la perquisition du bureau, ont été effectuées sans qu’aucun mandat officiel n’ait été présenté. Le domicile de M. Johnson a également été perquisitionné, avec violence et sans la présence de l’avocat de M. Johnson.

Inculpation liée à la publication d’un rapport critique


Le 6 avril 2018, après deux jours de garde à vue dans les locaux du SRI, M. Johnson a été interrogé par le juge d’instruction, qui l’a inculpé de « diffusion de fausses nouvelles » et « outrage aux autorités publiques ». M. Johnson a ensuite été transféré à la prison civile de Lomé, où il reste détenu à ce jour. Le 12 avril, M. Johnson a comparu devant le doyen des juges d’instruction. Les charges portées contre lui sont liées à la publication- le 10 février 2018- du rapport préliminaire du REJADD-Togo et du Réseau Africain pour les Initiatives de Droits de l’Homme et de Solidarité (RAIDHS). Titre du rapport :« Togo : plus de 100 morts dans la répression des marches pacifiques du 19 août 2017 au 20 janvier 2018 ».
De fait la crise constitutionnelle et le malaise social semblent s’intensifier. En outre l’usage de la violence à l’encontre des journalistes et des opposants au régime continue : tirs à balles réelles, la torture, coups, arrestations arbitraires .

Menaces et intimidations

Dans un communiqué paru le 13 février 2018, le Gouvernement togolais a rejeté le contenu du rapport et menacé de poursuites judiciaires les deux organisations impliquées. Depuis, M. Johnson a été la cible de nombreux actes d’intimidation et de menaces, et forcé de vivre quasiment en clandestinité. Sa détention et ses tracas judiciaires semblent sanctionner ses activités pacifiques et légitimes de défense des droits humains.

Obligations internationales du Togo

La République du Togo a ratifié le Pacte International sur les Droits Civils et Politiques (PIDCP, 1984). À ce titre, dans le cadre de la détention de M. Johnson, les autorités togolaises ont le devoir d’en respecter les dispositions, notamment les articles 9 (droit à la liberté et la sécurité), 10 (droit de toute personne détenue à être traitée avec humanité), 14 (droit à un procès équitable), 17 (non immixtion arbitraire ou illégale dans la vie privée), 19 (liberté d’expression), 21 (liberté de réunion), 22 (liberté d’association), et 26 (égalité devant la loi, interdiction de discrimination).

  Imprimer

Documents joints