Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel Urgent (Septembre 2016) - VIETNAM
Appel Urgent (Septembre 2016) - VIETNAM

« ... vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés, vous êtes devenus des justes, au nom du Seigneur Jésus Christ et par l’Esprit de notre Dieu. »
Saint Paul apôtre aux Corinthiens (6, 1-11)

Word - 17.5 ko

Intervenir avant le 03/10/2016


Le pasteur mennonite vietnamien Nguyễn Công Chính purge une peine de 11 ans d’emprisonnement. Il a été arrêté en avril 2011 à Pleiku, dans la province de Gia Lai. En mars 2012, la sentence est tombée : 11 années d’emprisonnement pour « atteinte à la politique d’unité nationale », aux termes de l’article 87 du Code pénal de 1999. Il est en grève de la faim depuis le 8 août afin de protester contre les mauvais traitements et la privation de droits dont il est l’objet, ainsi que l’absence patente de réaction des représentants de l’État face à ses réclamations. Il est en mauvaise santé.
Nguyễn Công Chính, victime de mauvais traitements depuis plus de trois ans, a entamé une grève de la faim le 8 août. Avant son arrestation, lui et sa famille faisaient l’objet d’un harcèlement constant en raison de leurs activités auprès des minorités chrétiennes des provinces de Gia Lai et Kon Tum (région montagneuse du centre du pays). Lorsque sa femme Trần Thị Hồng lui a rendu visite le 17 août, elle l’a trouvé exangue et très ammaigri : il avait besoin d’aide pour marcher. Pendant sa détention, il a été victime de violences verbales et physiques de la part d’autres prisonniers, avec la complicité active ou tacite d’agents de l’administration pénitentiaire. Il s’est également vu refuser des soins médicaux pour son hypertension et une sinusite. Contrairement aux autres prisonniers, il n’a pas été autorisé à acheter de la nourriture supplémentaire à la cantine pour compléter le régime alimentaire insuffisant de la prison. Il a en outre été placé à l’isolement pendant une période prolongée, pour empêcher tout contact avec d’autres prisonniers. Ces traitements constituent des actes de torture ou d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants qui sont interdits aux termes de la Convention contre la torture et de l’Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus des Nations unies (règles Mandela).
Plusieurs lettres de réclamation et pétitions du Pasteur, adressées aux tribunaux et à l’administration pénitentiaire, sont également restées lettre morte. Par ailleurs, ses lettres à sa famille et celles lui étant adressées, ne sont jamais parvenues à leur destinataire. L’administration lui a enfin refusé l’appel téléphonique mensuel à sa famille auquel les autres prisonniers ont droit. Cependant s’il reconnaissait qu’il est coupable des accusations pour lesquelles il a été condamné, ses « privilèges » lui seraient accordés.
Nguyễn Công Chính, est détenu à la prison d’An Phước dans le district de Phú Giáo , dans le sud du pays , à 600 km de son foyer, soient 12 heures de trajet.

◆ Evoquons de nouveau l’ingénieur et militant social Dang Xuan Diêu, qui est condamné en janvier 2013 à 13 ans de détention pour « tentative de renversement du gouvernement » : il avait assisté à un atelier organisé par l’organisation interdite Viet Tan, qui milite pacifiquement pour la réforme politique et les droits de l’homme au Vietnam. En réalité c’est son travail en faveur de l’éducation des enfants démunis, son soutien aux personnes souffrant de handicaps et ses écrits soulignant la persécution religieuse du gouvernement vietnamien qui ont fondé sa condamnation. Fin 2014, un ancien codétenu libéré révélait le sort réservé à Dang Xuan Diêu, soumis à des traitements inhumains et dégradants en prison, pour avoir protesté contre le traitement qu’il subissait en détention.
Le militant vietnamien avait été forcé de dormir et de manger près de ses excréments !

Le pays est partie au PIDCP et à la Convention contre la Torture de l’ONU.

Nous vous invitons à adresser une copie du modèle de lettre ci-joint aux autorités dont l’adresse se trouve sur la lettre. Affranchir à 0,72€ pour la Belgique et à 1,32€ pour l’international.
  Imprimer

Répondre à cet article