Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois d´Octobre 2015 - Mexique
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Appel Urgent (Juillet 2018) Turkménistan

Gaspar Matalaev, défenseur des droits humains et reporter pour Alternative Turkmenistan News (ATN), était l’un des journalistes indépendants qui enquêtaient sous couverture pour dénoncer le travail forcé géré par l’État dans les champs de coton, notamment le travail des enfants. Lors de la récolte de coton 2016, il a rassemblé des preuves dans le district de Farap (province de Lebap) : des interviews et des photos de personnes forcées par les autorités à travailler dans les champs de coton, afin que les quotas gouvernementaux soient remplis...

Appel Urgent (Juillet 2018) République démocratique du Congo

« Offense au chef de l’Etat »
Près de six mois après leur arrestation arbitraire, cinq militants du mouvement citoyen pro-démocratie Filimbi (sifflet en Swahili) ont enfin été présentés devant la justice congolaise. Le 19 juin 2018, le tribunal de paix de Ngaliema à Kinshasa a décidé de les maintenir en détention provisoire, pour quinze jours, en attendant leur jugement pour « offense au chef de l’Etat ».

Appel Urgent (Mai 2018) TOGO

Détention arbitraire pour le président d’une ONG togolaise

Suite à la publication d’un rapport critique envers le gouvernement togolais sur la répression de 2017, Assiba Johnson, président du Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement (REJADD-Togo) a été brutalement arrêté à Lomé par le Service de renseignements et d’investigations (SRI). Les agents du SRI ont également fouillé sans mandat le bureau de l’ONG et y ont confisqué du matériel. Assiba Johnson a été interrogé et inculpé par un juge d’instruction pour être ensuite détenu arbitrairement à la prison civile de Lomé où il se trouve encore.

Appel urgent (Mai 2018) - BURUNDI

Ensemble dénonçons le verdict prononcé le 26 avril 2018 dans l’affaire de Germain Rukuki, soit 32 années d’enfermement pour sa collaboration avec l’ACAT Burundi !
En raison de nos liens particuliers avec la république burundaise, notre ACAT vous invite instamment à vous mobiliser pour libérer l’ancien juriste.
Forts de votre participation, nous osons espérer que nos interventions connaitrons une issue heureuse.

Appel urgent (Avril 2018) - VIETNAM

VIETNAM : RÉPRESSION SANS PRÉCÉDENT CONTRE LA SOCIÉTÉ CIVILE

Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT : Actualités (NDV) action et prière Mai 2018

Chers adhérents,

En mai 2018, l’ACAT se mobilise pour obtenir la libération de Germain Rukuki. Nous avons également décidé de faire appel à vous concernant la détention arbitraire d’un défenseur togolais, M. Johnson, qui nous préoccupe vivement et à laquelle nous souhaitons que les autorités mettent fin au plus vite.

L’avancée dans le temps se trouvant en réalité aux commandes, nous préparons aussi les différentes veillées de prières œcuméniques, en lien avec la journée internationale de soutien aux victimes de la torture des Nations Unies, qui a lieu le 26 juin de chaque année. Dans ce cadre, nous vous sollicitons. Le but de ce nouveau courrier est de vous fédérer autour de cette nuit des Veilleurs (NDV), et de vous informer un peu plus précisément du déroulement des « festivités ».

En vous souhaitant un beau jour de Pentecôte, et de rencontrer Son Esprit dans votre poursuite du Bien et de la Paix sur la terre, je vous remercie de votre attention.

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Rapport de visite du Comité européen pour la prévention de la torture sur sa visite en Belgique en mars/avril 2017

Belgique : le Comité anti-torture demande une amélioration des conditions de détention en milieu carcéral, une meilleure prise en charge des internés psychiatriques et un renforcement de la lutte contre les violences policières

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques actualités, action et prière Mars 2018

Bonjour à tous,

Ci-après les actualités de l’ACAT Belgique.
Avec nos cordiales salutations

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques

actualités, action et prière

Mars 2018

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière février 2018

Bien chers tous,

Ci joint et en premier lieu, vous trouverez notre Bulletin de février que je vous invite à consulter, car il contient maintes informations importantes.
Ci après, un document compilant les liturgies de Carême du mercredi des cendres, les 1ers et second dimanches extraites de notre livret de Carême précédemment communiqué, mais "trop encombrant" pour le site. Avec les Appels de février.

A tous, je souhaite une très sereine entrée en Carême et en attendant, un réjouissant début de mois.
Cordialement,

Cécile Auriol
pour l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière 15 janvier 2018

À vous tous,

« Que chaque jour de cette année 2018, nous sachions comme Marie, ouvrir
nos cœurs à l’Emmanuel et partager sa lumière autour de nous »

Sur notre page Facebook
Appel du mois d´Octobre 2015 - Mexique

Premier anniversaire de la disparition forcée des 43 étudiants à Ayotzinapa dans l’État de Guerrero au Mexique : les familles continuent à rechercher les leurs !

Intervenir avant le 31/10/2015

Le 26 septembre 2014, la police arrête un autobus transportant quelques 80 étudiants de l’École normale rurale Raúl Isidro Burgos. Des agents de police locaux ouvrent le feu sur les trois véhicules, tuant trois étudiants et trois passants. Plusieurs étudiants sont grièvement blessés ; l’un d’eux, dans le coma. A la suite de la fusillade, 43 étudiants sont embarqués dans des véhicules de police. On ne les reverra jamais.
Le gouvernement a diligenté une enquête. Cependant un comité indépendant d’experts en médecine légale mandaté par la Commission inter-américaine des droits de l’homme pour enquêter in situ a pointé et l’ inaction des enquêteurs gouvernementaux et de graves dysfonctionnements.
Un rapport du 6 septembre 2015 remet en question la théorie officielle selon laquelle les étudiants auraient été assassinés, puis incinérés dans une décharge près d’Iguala. Ainsi parmi les 106 personnes arrêtées et inculpées dans le cadre de cette affaire se trouvent des fonctionnaires de police et des membres de bandes criminelles, coupables de bien d’autres crimes. Certains policiers, liés à ces gangs, seraient impliqués dans de graves affaires de violations des droits humains autour d’Iguala, antérieures à la disparition des 43 étudiants. Cependant, aux niveaux étatique et fédéral, aucune information ne filtre sur la responsabilité éventuelle d’agents publics.
Si, le 7 décembre 2014, les restes humains d’un des étudiants étaient identifiés par le groupe d’experts indépendants, le sort des 42 autres reste obscur. Le 16 septembre 2015, les autorités ont informé les médias d’une nouvelle identification des restes d’un étudiant, Jhosivani Guerrero de la Cruz, information sitôt contredite par l’équipe argentine d’anthropologie médico-légale. Selon Amnesty, il s’agit d’une parade manquée des autorités souhaitant montrer qu’elles agissent.

La disparition des étudiants d’Ayotzinapa est symptomatique de la crise des droits humains au Mexique ces dernières années. Les autorités estiment à plus de 25 000 le nombre de disparus depuis 2006 dans un contexte de lutte contre la criminalité, qui entraîne des violations des droits humains dans tout le pays. Opacité, partialité et corruption des fonctionnaires locaux frayant avec des gangs criminels, renforcent le climat d’impunité prévalant dans le pays.

ZOOM Enlèvements, tortures et meurtres

* Tila- San Cristóbal de Las Casas, Etat du Chiapas
Au Chiapas, Tony Reynaldo Gutiérrez López a été interpellé le 17 juillet dernier comme il s’apprêtait à emprunter les transports en commun de Tila. Il a ensuite été emmené par des agents municipaux. La police locale a refusé d’assister ses proches venus signaler sa disparition. Le 24, le corps torturé de M Gutiérrez López était retrouvé. Le 27 juillet, son entourage, soutenu par la société civile de Tila, a dénoncé la disparition forcée, la torture suivie de l’exécution extrajudiciaire de Tony auprès des autorités de San Cristóbal de Las Casas.
Cependant le dossier pénal ne prévoit qu’une enquête pour “homicide simple”. Par ailleurs, les autorités judicaires et gouvernementales du Chiapas auraient proposé des « appuis économiques » à sa veuve, Magaly del Carmen Cruz Pérez, afin qu’elle retire sa plainte.

* Mexico, capitale fédérale –Etat de Veracruz-
Le 31 juillet 2015 les dépouilles profanées (torturées et violées) de Nadia Vera Pérez et de Rubén Espinosa Becerril, et de trois autres femmes étaient retrouvées. Pour le procureur général de la ville, il s’agit d’un crime de droit commun, lors d’un banal cambriolage de l’appartement.
En réalité, Mme Vera Pérez et M. Espinosa Becerril avaient dénoncé l’insécurité grandissante, les disparitions forcées, la recrudescence des détentions arbitraires après l’élection en 2010, à la tête dans l’Etat de Veracruz, de M. Duarte de Ochoa, qu’ils incriminaient d’ailleurs directement. Ils avaient dévoilé au public les agressions brutales d’étudiants de l’Université de Veracruz par des individus cagoulés, la criminalisation de la liberté d’expression, les assassinats nombreux de journalistes. Ils avaient été contraints de quitter leur ville de Xalapa, pour s’installer à Mexico où ils pensaient être en sécurité.

  Imprimer

Documents joints