Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois de juillet 2015 - Erythrée
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2018 (mois des JNP)

Bien chers tous,

Le SAMEDI 1er DÉCEMBRE 2018 se tiendra une Journée d’étude de l’ACAT-Belgique en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison, à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce colloque ou séminaire « Les Droits de l’Homme : hier, aujourd’hui. Demain ? » rassemblera Natacha Kazatchkine, (analyste politique à l’Open Society European Policy Institute), Vincent Spronck (directeur de la prison de Forest), Éric de Beukelaer, (prêtre catholique et juriste), Valérie Zézé (ancienne détenue co-auteure de la BD « La ballade des dangereuses »), ainsi que M. Lionel Grassy, de la FIACAT et de l’asbl « La balle aux prisonniers. Le soutien et la participation du journaliste à La Libre Belgique et sociologue Christian Laporte reste à confirmer.

En cliquant ici, vous verrez apparaître notre affichette mentionnant tous les détails de cette journée. - oui le format PDF doit être modifié car difficilement lisible-

Pour ce mois de novembre, seules deux actions sont au programme. Toutefois, avec les manifestations relatives aux JNP, l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), et les diverses conférences à l’affiche que sa commémoration appelle, à l’ACAT, nous avons soudain fort à faire. Pour les semaines à venir, nous vous laissons « piocher » dans notre Agenda et vous encourageons à participer à nos actions.
Comme toujours nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et souhaitons vivement la participation du plus grand nombre.

En passant, nous vous informons que fin octobre, notre ACAT Belgique s’est jointe à la position commune, à l’appel du GC4HR · @GulfCentre4HR. مركز الخليج لحقوق الأنسان (Gulf Centre for Human Rights, membre du réseau FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme entre autres).

Basée au Liban et cofondée par Abdulhadi Al-Khawaja et Nabeel Rajab, l’organisation se bat pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme. Le communiqué commun dénonce les agissements de l’Arabie Saoudite à l’encontre des journalistes, des cyber-activistes, notamment les détention arbitraires, l’oppression si répandue et cruelle des femmes, l’écrasement du Yémen et de ses civils, les condamnations à mort … le meurtre hallucinant du journaliste Kashoggi à Istanbul, enfin.

Cette position soutient la résolution de l’ONU demandant l’exclusion de l’Arabie Saoudite du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et exige des enquêtes.

La barbarie, un nom commun qui revenait souvent dans la bouche de notre cher Jacques Pardonge, quand nous étions réunis.

Pour combattre la barbarie donc, qui semble revenir en force, et ériger au contraire la DUDH en « colonne » -pardon je ne sais si l’expression est heureuse- du Christ et de l’humanité, restons en éveil !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Notre programme de nos célébrations pour marquer les 70 années d’existence de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( née en 1948).

SAMEDI 1 er DÉCEMBRE 2018
Journée d’étude de l’ACAT-Belgique –
www.acat.be,
en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison – www.jnp-ndg.be,
à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ,

In het kader van 70 jaar Universele Verklaring van Rechten van de Mens, 2 panels over het thema « vrijheden in het gevangenis als maatschappelijke uitdaging »

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

Sur notre page Facebook
Appel du mois de juillet 2015 - Erythrée

VIOLATIONS SYSTÉMATIQUES DES DROITS HUMAINS ET DES LIBERTÉS FONDAMENTALES
Intervenir avant le 23/07/2016

Situation

Sur la corne de l’Afrique, les terres arides de l’Erythrée (121144 km²), abritent un régime autoritaire des plus implacables et des plus fermés au monde. Bien que le pays, indépendant depuis 1993, ait ratifié le Pacte relatif aux droits civils et politiques en 2002 et le traité des Nations unies contre la torture en 2014, les droits fondamentaux et la liberté d’expression y sont cruellement bafoués. A telle enseigne que l’Erythrée est souvent comparée à la Corée du nord et que sa direction est dite atteinte de délire « obsidional » (paranoïaque). Des milliers de personnes sont maintenues en détention dans des conditions indignes et dégradantes. Dans son rapport 2015 sur les prisonniers, Amnesty International écrit : « Parmi eux se trouvent des personnes ayant émis des critiques à l’adresse de la politique et des mesures gouvernementales, des journalistes arrêtés en raison de leur travail, des opposants putatifs au régime ou simplement des individus pratiquant leur foi et dont la communauté confessionnelle n’est pas officiellement reconnue », comme les membres des églises pentecôtistes ou évangélistes, interdites.
Schématiquement, une moitié de la population appartient à la communauté musulmane sunnite ; l’autre, à l’église érythréenne orthodoxe.
Le rapport d’Amnesty pointe également des individus désireux de se soustraire à leur service militaire ou de s’exiler, ainsi que des personnes proches de la diaspora. Il n’est pas rare que leur trace s’efface. En effet, nombre de prisonniers d’opinions se trouvent depuis plus de deux décennies derrière les barreaux, sans mise en accusation formelle, ni procédure judicaire engagée à leur encontre.

Détention au secret : madame Fissehatsion

Ainsi, Aster Fissehatsion a été emprisonnée le 18 septembre 2001, sans chef d’accusation. Depuis, bien qu’aucune procédure judicaire n’ait été engagée à son encontre, elle est gardée à l’isolement. Elle avait été interpellée avec dix autres dissidents, tous des opposants au gouvernement appartenant au groupe « G-15 ». L’ex vice-président de l’Erythrée, Mahmoud Ahmed Sheriffo, son époux d’alors, fait aussi partie des personnes arrêtées.

Traitement réservé au Groupe des 15 et aux dissidents

C’est à partir de 2001 que des voix commencent à s’élever contre le gouvernement sans partage du Front populaire pour la Démocratie et la justice (People’s Front for Democracy and Justice -PFDJ), et les procédés dictatoriaux du président Issayas Afeworki. En exercice depuis 1991, il dirige à la fois le pays et le parti. La critique s’amplifie lorsqu’en mai 2001, quinze militants éminents du parti- formant le G15 - adressent une lettre à ses membres. Les abus du régime y sont répertoriés. En outre des propositions pour les contrer s’y trouvent énoncées. Le G15 a par ailleurs l’outrecuidance d’exiger du président une « approche constitutionnelle », lors de rassemblements du PFDJ. Il exige également le démarrage de la réforme judiciaire annoncée.
En aout 2001, le secrétariat général du PFDJ tance le « G-15 » pour tentative de déstabilisation du pays. Le groupe répond par une nouvelle lettre ouverte sollicitant la mobilisation du peuple érythréen pour résoudre les problèmes nationaux. Dans la soirée du 18 septembre 2001, onze membres du G15 sont incarcérés.
Les tortures et autres mauvais traitements des prisonniers sont monnaie courante. Les détenus peuvent être frappés, attachés dans des positions extrêmement douloureuses, exposés à des conditions climatiques extrêmes ou encore soumis à de longues stations en cellule d’isolement. Les conditions pénitentiaires correspondent à des traitements cruels inhumains et dégradants. Un certain nombre de détenus sont enfermés dans les cales de cargos, dans des containers de métal ou des cellules souterraines, au coeur de régions désertiques connaissant de grandes amplitudes thermiques, c’est à dire une alternance de chaleur et de froidure extrêmes. Les prisonniers sont privés d’eau potable et d’une alimentation saine. Il va sans dire que tout traitement ou soin médical leur est dénié.
Amnesty détient également des preuves du décès en captivité des journalistes arbitrairement écroués Dawit Habtemichael, Mattewos Habteab et Sahle Tsegazab. Le gouvernement n’a fait aucune déclaration, n’a entamé nulle enquête sur ce sujet.

Nous vous invitons à écrire aux autorités en utilisant le modèle de lettre ci-joint et à en adresser une copie aux ambassades dont l’adresse se trouve reproduite sur la lettre.
Affranchir à 0,72€ pour la Belgique et à 1,32 pour l’international.

  Imprimer

Documents joints