Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois de juillet 2015 - Erythrée
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT 10 décembre 2019 : la DUDH fête 71 ans !

Chers adhérents,
Aujourd’hui nous mettons un défenseur à l’honneur, anniversaire de la DUDH (Déclaration universelle des droits de l’homme) oblige, puisque le combat pour les droits humains est précisément notre raison d’exister .
A côté des défenseurs Germain Rukuki, Tamara Chikunova ou Carole Rackete, sur le destin desquels il nous tiendra à coeur de revenir (mais pour des raisons pratiques, seulement ultérieurement), autant d’hommes et de femmes que nous vous prions de ne pas oublier, nous vous invitons aujourd’hui à joindre votre voix à celle de l’ACAT France et à intervenir pour un défenseur copte engagé, Ramy Kamel, détenu et probablement torturé.
Merci pour Rami
Germain .
Carole et Tamara

Beau Temps de l’Avent à tous et toutes !

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT décembre 2019 : Avent

Chers adhérents,

Nous serons concis et ainsi, peut-être, entendus, et nous approcherons de la sorte des " buts recherchés".

L’Avent, c’est "l’attente dans l’espérance et dans la vigilance". Plus que jamais, nous vous appelons à vous tenir concrètement à nos côtés au cœur de l’ACAT, en nous envoyant par exemple vos réactions, témoignages et textes, ou vos propositions d’actions, qui serviront à enrichir, entre autres, notre ACAT -Info.

Vous êtes l’ACAT Belgique, qui doit retrouver son souffle premier !

Les appels ce mois-ci visent la répression exercée par un gouvernement central tout-puissant sur la périphérie troublée de œkoumène chinois.

Mais, nous, allons ensemble, et portons notre message -qui est le Sien- aux extrémités de la terre.

Beau Temps de l’Avent à tous et toutes !

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT Édition Spéciale 20 novembre 2019

30è anniversaire de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant (CIDE)

Chers adhérents,

Le 20 novembre 1989, la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) était signée à l’ONU par 195 États. Aucun autre traité international relatif aux Droits de l’Homme n’avait jamais suscité un tel consensus de la part des États. Actuellement, seuls les États-Unis n’ont pas ratifié la Convention. La Somalie, le Soudan du Sud et la Palestine en sont les derniers signataires en date.

À la croisée des chemins entre son passé glorieux et son avenir potentiel, c’est à nous qu’il appartient clairement de renouveler notre engagement à son égard. Or si le droit de chaque enfant à vivre dans des conditions décentes, à accéder à la santé, à l’éducation, sans oublier le droit à être protégé de toutes les formes de violences, le core business de notre action, se sont imposés dans nos sociétés, la notion de l’intérêt supérieur de l’enfant, demandée par la Convention, reste aujourd’hui, méconnue et incomprise dans nombre de pays. De fait, elle sera souvent utilisée comme un étendard sans relation avec la réalité. Surtout la violence (à leur égard, et quelle que soit sa forme) peut résulter de carences des institutions ne répondant pas ou couvrant insuffisamment les besoins de l’enfant. En outre, beaucoup sont ballottés d’un lieu l’autre, au gré de décisions auxquelles ils ne comprennent trop souvent pas grand chose. Du moins, un grand nombre éprouve ce sentiment. Or leur droit d’expression, et celui de participer aux choix qui les concernent, sont garantis par la CIDE (relire les articles 9 et 12). Partout dans le monde ils devraient être entendus, et ne pas être trimballés, sans leur accord, de foyers en foyers, d’écoles en écoles, voire de pays en pays, ou d’armées en armées.

Il y a plus de 2000 ans se jouait la scène de la Présentation au Temple de Jérusalem, centre de la vie religieuse en Israël. Si les responsables religieux d’alors n’ont pas accueilli Jésus, un "juste" (Siméon) et la prophétesse Anne vont à sa rencontre et reconnaissent en lui le Messie. Nous sommes invités à être "juste" en suivant Siméon, et à l’instar d’Anne, à prier et à garder le Temple. Jésus est le Messie, non par la puissance, mais parce–qu’il sert la société de son temps et le monde. Ainsi l’Église commencera à Jérusalem d’où les chrétiens partiront porter l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre. Et bien, on peut tout à fait imaginer cette scène transposée en 2020, où nos enfants avec leurs « satanés » smartphones et autres media high tech abstrus, porteraient concrètement le message de l’Évangile, à commencer celui des droits de l’Homme, aux quatre coins du monde.

Nous profitons de cette édition spéciale de notre lettre pour vous appeler à vous engager, vous aussi, davantage à nos côtés au cœur de l’ACAT, en nous envoyant par exemple vos réactions, témoignages et textes, ou vos propositions d’actions, qui serviront à enrichir notamment notre ACAT-Info.

Vous, qui lisez ces lignes, vous êtes l’ACAT Belgique, qui ne doit pas mourir mais retrouver son souffle premier !

Ah j’oubliais presque : un merci particulier notamment à François – réseau Sos Peine de mort-, Christian, Florent, Paul, Bénédicte et Térèse–Marie, Oli et Christophe pour leurs généreuses contributions.

En attendant, cap sur le Soudan du sud dont nous exhortons les autorités à assurer la protection effective des enfants contre les violations très graves subsistant à leur encontre !

Belle semaine

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

Les Journées Nationales de la Prison 2019...

Les Journées Nationales de la Prison 2019 auront lieu du 23 au 30 novembre. Le thème de cette année est « Justice, Prison : Sortir du cercle vicieux ».

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2019

Chers adhérents et sympathisants,

Dans le premier Appel, il ne s’agit pas de prendre position pour ou contre l’homosexualité, pour ou contre les LGTB - ou les prétendues menées obscures de leurs mouvements-, mais bien de s’opposer ensemble et de toutes nos forces à la Peine de mort, qui risque de bientôt frapper les personnes homosexuelles en Ouganda. Et de déclencher des persécutions à leur encontre . Cependant, cette intervention peut en déranger certains, friser pour eux l’apostasie. Aussi vous recevrez dans les meilleurs délais un appel ( davantage fédérateur, moins compromettant pour certains) dans un second volet de la lettre de l’ACAT.

Le mois de novembre est dédié dans notre Royaume de Belgique aux prisons et aux détenus. A l’initiative d’un groupement pluraliste d’associations et d’organisations, les Journées Nationales de la Prison (JNP) informent et stimulent la discussion autour de la situation carcérale en Belgique. Pour cette 6ème édition, les JNP posent la question « Après la prison, toujours la prison ? ». Alors, rendez-vous le 27 novembre et sur le site (Indications à la rubrique actualités nationales).

La deuxième partie de la lettre sera aussi l’occasion de vous préciser le lieu qui n’est pas encore déterminé de cet événement, ainsi que le nom du film ou documentaire retenu pour notre soirée débat, à laquelle il serait formidable que vous participiez.

Très bientôt : notre ACAT Info dans vos boites aux lettres !
Fraternellement,
Unis dans la prière ! Belle fête de la Toussaint

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Sur notre page Facebook
Appel du mois de juillet 2015 - Erythrée

VIOLATIONS SYSTÉMATIQUES DES DROITS HUMAINS ET DES LIBERTÉS FONDAMENTALES
Intervenir avant le 23/07/2016

Situation

Sur la corne de l’Afrique, les terres arides de l’Erythrée (121144 km²), abritent un régime autoritaire des plus implacables et des plus fermés au monde. Bien que le pays, indépendant depuis 1993, ait ratifié le Pacte relatif aux droits civils et politiques en 2002 et le traité des Nations unies contre la torture en 2014, les droits fondamentaux et la liberté d’expression y sont cruellement bafoués. A telle enseigne que l’Erythrée est souvent comparée à la Corée du nord et que sa direction est dite atteinte de délire « obsidional » (paranoïaque). Des milliers de personnes sont maintenues en détention dans des conditions indignes et dégradantes. Dans son rapport 2015 sur les prisonniers, Amnesty International écrit : « Parmi eux se trouvent des personnes ayant émis des critiques à l’adresse de la politique et des mesures gouvernementales, des journalistes arrêtés en raison de leur travail, des opposants putatifs au régime ou simplement des individus pratiquant leur foi et dont la communauté confessionnelle n’est pas officiellement reconnue », comme les membres des églises pentecôtistes ou évangélistes, interdites.
Schématiquement, une moitié de la population appartient à la communauté musulmane sunnite ; l’autre, à l’église érythréenne orthodoxe.
Le rapport d’Amnesty pointe également des individus désireux de se soustraire à leur service militaire ou de s’exiler, ainsi que des personnes proches de la diaspora. Il n’est pas rare que leur trace s’efface. En effet, nombre de prisonniers d’opinions se trouvent depuis plus de deux décennies derrière les barreaux, sans mise en accusation formelle, ni procédure judicaire engagée à leur encontre.

Détention au secret : madame Fissehatsion

Ainsi, Aster Fissehatsion a été emprisonnée le 18 septembre 2001, sans chef d’accusation. Depuis, bien qu’aucune procédure judicaire n’ait été engagée à son encontre, elle est gardée à l’isolement. Elle avait été interpellée avec dix autres dissidents, tous des opposants au gouvernement appartenant au groupe « G-15 ». L’ex vice-président de l’Erythrée, Mahmoud Ahmed Sheriffo, son époux d’alors, fait aussi partie des personnes arrêtées.

Traitement réservé au Groupe des 15 et aux dissidents

C’est à partir de 2001 que des voix commencent à s’élever contre le gouvernement sans partage du Front populaire pour la Démocratie et la justice (People’s Front for Democracy and Justice -PFDJ), et les procédés dictatoriaux du président Issayas Afeworki. En exercice depuis 1991, il dirige à la fois le pays et le parti. La critique s’amplifie lorsqu’en mai 2001, quinze militants éminents du parti- formant le G15 - adressent une lettre à ses membres. Les abus du régime y sont répertoriés. En outre des propositions pour les contrer s’y trouvent énoncées. Le G15 a par ailleurs l’outrecuidance d’exiger du président une « approche constitutionnelle », lors de rassemblements du PFDJ. Il exige également le démarrage de la réforme judiciaire annoncée.
En aout 2001, le secrétariat général du PFDJ tance le « G-15 » pour tentative de déstabilisation du pays. Le groupe répond par une nouvelle lettre ouverte sollicitant la mobilisation du peuple érythréen pour résoudre les problèmes nationaux. Dans la soirée du 18 septembre 2001, onze membres du G15 sont incarcérés.
Les tortures et autres mauvais traitements des prisonniers sont monnaie courante. Les détenus peuvent être frappés, attachés dans des positions extrêmement douloureuses, exposés à des conditions climatiques extrêmes ou encore soumis à de longues stations en cellule d’isolement. Les conditions pénitentiaires correspondent à des traitements cruels inhumains et dégradants. Un certain nombre de détenus sont enfermés dans les cales de cargos, dans des containers de métal ou des cellules souterraines, au coeur de régions désertiques connaissant de grandes amplitudes thermiques, c’est à dire une alternance de chaleur et de froidure extrêmes. Les prisonniers sont privés d’eau potable et d’une alimentation saine. Il va sans dire que tout traitement ou soin médical leur est dénié.
Amnesty détient également des preuves du décès en captivité des journalistes arbitrairement écroués Dawit Habtemichael, Mattewos Habteab et Sahle Tsegazab. Le gouvernement n’a fait aucune déclaration, n’a entamé nulle enquête sur ce sujet.

Nous vous invitons à écrire aux autorités en utilisant le modèle de lettre ci-joint et à en adresser une copie aux ambassades dont l’adresse se trouve reproduite sur la lettre.
Affranchir à 0,72€ pour la Belgique et à 1,32 pour l’international.

  Imprimer

Documents joints