Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois de Septembre 2015 - Libye
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Appel urgent (Decembre 2017) - ARABIE SAOUDITE

Abdulkareem al Hawaj, un jeune Saoudien chiite, a été condamné à mort, sur la base d’aveux extorqués sous la torture, pour des faits qu’il aurait commis en 2012, lorsqu’il était mineur. Suite à son arrestation, il aurait été détenu au secret pendant les cinq premiers mois de sa détention. Il n’a pas non plus eu accès à un avocat pendant sa détention provisoire et ses interrogatoires.

Appel urgent (Decembre 2017) - TADJIKISTAN

BOUZOURGMEKHR YOROV,
un avocat maltraité en prison !

Condamné pour divers chefs d’accusation spécieux à 28 ans d’emprisonnement, l’avocat tadjik Bouzourgmekhr Yorov est battu, humilié et tenu régulièrement à l’isolement. Il a très probablement été arrêté afin d’être empêché de défendre les dirigeants d’un parti d’opposition interdit qu’il représente et afin de dissuader tout autre avocat de le faire.

Appel urgent (Novembre 2017) - BELGIQUE

PLAIDOYER POUR LE BIEN-VIVRE DES ANCIENS DETENUS

Appel urgent (Novembre 2017) - GUINÉE-EQUATORIALE

Bientôt deux mois que le dessinateur équato-guinéen est détenu sans inculpation à la prison de Black Beach à Malabo. Son péché est d’avoir publié la Bande dessinée « La Pesadilla de Obi » (« Le cauchemar d’Obiang »), très critique envers le régime du Président Teodoro Obiang Nguema au pouvoir depuis août 1979.
En 2014, Ramon Esono Ebalé, qui vit au Paraguay, publie « La Pesadilla de Obi », dans laquelle il dénonce les abus du régime en place en Guinée- équatoriale, au nombre desquels les élections frauduleuses, la corruption et les richesses accaparées par le clan Obiang.

Appel urgent (Octobre 2017) - BAHREÏN

TORTURES ET HARCÈLEMENT
Outre une pratique généralisée de la torture et des mauvais traitements sur les détenus, les autorités bahreïnies s’en prennent de plus en plus systématiquement aux défenseurs des droits humains et aux opposants politiques du pays.

Appel du mois de Septembre 2015 - Libye

Procès de « l’ancien régime »

Intervenir avant le 30 septembre 2015
Neuf anciens membres du régime du colonel Mouammar Kadhafi, dont Saif al Islam, le fils de ce dernier, et le chef du renseignement militaire Abdallah al Senussi, ont été condamnés à mort. Le procès des « symboles de l’ancien régime », qui s’est tenu du 24 mars 2014 au 21 mai 2015, a été entaché de graves irrégularités. Les sentences ont été prononcées le 28 juillet. Saif al Islam Kadhafi, Abdallah al Senussi et 35 autres dignitaires - anciens diplomates, ministres et membres des services de sécurité, ont été inculpés d’infractions commises durant le soulèvement de 2011, qui a conduit à la chute de Kadhafi, et au conflit survenu ensuite. Tous sont accusés d’avoir procédé à des bombardements aveugles, incité au viol, tiré sur les manifestants, recruté et armé des mercenaires et s’être livrés à des actes de vandalisme.

Parmi les condamnés à mort figurent l’ancien Premier ministre Al Baghdadi al Mahmoudi, l’ex- chef de la Garde révolutionnaire Mansour Daw, l’ex- responsable des services de sécurité extérieure Abu Zeid Dorda, celui des services de sûreté intérieure du bureau de Tripoli, Milad Salman Daman, le général Mondher Mukhtar al Gheneimi, le colonel Abdel Hamid, Ammar Awheida Amer, du service du renseignement militaire, et Awaidat Ghandur Abu Sufa, universitaire de Tripoli.
23 autres accusés ont été condamnés à des peines comprises entre cinq ans d’emprisonnement et la réclusion à perpétuité. Selon Amnesty, les condamnés devraient se pourvoir en cassation devant la Cour suprême libyenne. Les autorités n’ont pas enquêté sur les accusations de torture formulées par les avocats de la défense, ni sur celles évoquées lors de la dernière audience du procès, le 20 mai 2015, par Al Baghdadi al Mahmoudi, La plupart des 37 personnes jugées ont d’ailleurs été privées de l’assistance d’un avocat, du droit au silence, à l’information sur les charges pesant sur eux. Parfois encore, elles ont longtemps été détenues au secret, dans des lieux non officiels, à l’instar d’Abdallah al Senussi. Saif al Islam Kadhafi, aux mains d’une milice liée à l’État à Zintan, a été, lui, jugé par contumace, comme sept autres détenus de Misratah, par le truchement de vidéoconférences, empêchant par conséquent toute présence effective à de nombreuses audiences du procès.
Notons qu’Amnesty réclame de longue date le transfert de Saif al Islam Kadhafi à la Cour pénale internationale, qui a lancé un mandat d’arrêt à son encontre.

Un contexte effroyablement tourmenté

Plusieurs avocats ont rapporté les difficultés rencontrées pour accéder aux pièces des dossiers, soit plusieurs milliers de documents. Les inculpés ont été interrogés avant qu’un avocat ne leur ait été commis d’office, en dépit des garanties prévues par le droit libyen. Pratiquement aucun des accusés n’a ainsi été autorisé à consulter un avocat pendant sa détention. Certains accusés ont même été contraints de changer d’avocat pendant le procès, en raison de manœuvres de d’intimidation. Abdallah al Senussi, par exemple, n’a été représenté par un avocat privé que peu avant la seconde audience du procès, tandis qu’Abu Zeid Dorda a déclaré que deux de ses avocats s’étaient retirés de l’affaire à la suite de menaces. M. Dorda, ancien chef des services de sécurité extérieure, a été blessé à la suite d’une chute non élucidée du 2e étage d’un bâtiment où il était interrogé.
Au regard du droit libyen, les condamnations à mort doivent faire l’objet d’un examen par la Cour suprême dans les 30 jours suivant le verdict, aucun condamné ne pouvant être exécuté sans l’aval du Haut Conseil judiciaire. Si le pourvoi est rejeté, le verdict est considéré comme définitif. Le procès s’est déroulé alors que les affrontements qui ont causé la chute de l’autorité centrale et une séparation des institutions de l’État mi-2014, s’intensifient. Depuis, toutes les parties au conflit ont commis de graves violations des droits humains et humanitaire, parfois des crimes de guerre. Les violences ont fortement compromis la capacité de la communauté internationale à suivre le procès. Objet d’un regain de violence, le pays est aujourd’hui divisé entre deux gouvernements distincts. Le ministre de la Justice reconnu par la communauté internationale ne souhaite pas reconnaître ce verdict.
(Amnesty)

Nous vous invitons à adresser le modèle de lettre ci-joint aux autorités concernées et dont les coordonnées figurent sur la lettre ci-jointe,

  Imprimer

Documents joints