Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel urgent Avril 2015/2 - Liban
Actualités de l'ACAT
Chers adhérents et sympathisants, Samedi 1er...

Chers adhérents et sympathisants,
Samedi 1er décembre nous avons organisé le colloque « LES DROITS DE L’HOMME : hier, aujourd’hui. Demain ? ». Les lecteurs de ces lignes qui y ont assisté et le souhaitent peuvent dores et déjà nous transmettre leurs échos et souvenirs personnels concernant cette rencontre assez exceptionnelle.

En Belgique, nous sommes les témoins (quelquefois abasourdis, blessés) de traitements peu conformes vis-à-vis des réfugiés et de ceux qui tentent de leur venir en aide. Depuis plusieurs mois l’ACAT Allemagne travaille, en coopération avec d’autres ACAT européennes, à la mise au point d’une campagne, afin d’infléchir les politiques migratoires européennes notamment envers ceux qui débarquent dans nos pays après une longue, éprouvante et forcément terrible traversée de la Méditerranée. Les migrants sont abandonnés aux garde-côtes Libyens, victimes des pires violations (viols, internement et travaux forcés, esclavage).

Pour une politique européenne davantage respectueuse des droits humains des migrants, nous vous proposons aujourd’hui de diffuser une pétition dans votre entourage. C’est un travail de longue haleine et vous disposez jusque fin février 19 la faire connaitre et nous la renvoyer.

A l’honneur ce mois-ci est le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, qui sera fêté partout dans le monde le 10 décembre prochain. A ce sujet, nous vous rappelons la parution du dernier ouvrage de Guy Aurenche, qui nous a offert deux conférences début décembre. Son livre s’intitule : « Droits humains : n’oublions pas notre idéal commun ! »

Par ailleurs, vous pouvez « appeler » ici le dossier paroisses et le feuillet destinés aux membres de votre communauté, qui sont deux supports préparés par notre équipe, sous la direction de l’abbé Michel Rongvaux, dont nous nous empressons, d’ailleurs, de vous « passer » les vœux pour cet Avent, avant que ceux- ci ne deviennent caducs ! [ NDLR : l’abbé Michel Rongvaux est également un administrateur de l’ACAT].

« Au seuil d’une nouvelle année-cadeau du Seigneur. Ces samedi 1er et dimanche 2 décembre, nous voici lancés dans un nouveau cycle d’Avent. Alors dès à présent je vous souhaite une belle année, riche de renouvèlements, riche des
temps partagés, riche des imprévus, riche du temps grâcieux donné, riche de ce que la musique et les arts pourront vous insuffler et vous faire partager ...

bref une année de tous les anges !!!
 »

Bel Avent à tous

Cordialement,

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2018 (mois des JNP)

Bien chers tous,

Le SAMEDI 1er DÉCEMBRE 2018 se tiendra une Journée d’étude de l’ACAT-Belgique en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison, à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce colloque ou séminaire « Les Droits de l’Homme : hier, aujourd’hui. Demain ? » rassemblera Natacha Kazatchkine, (analyste politique à l’Open Society European Policy Institute), Vincent Spronck (directeur de la prison de Forest), Éric de Beukelaer, (prêtre catholique et juriste), Valérie Zézé (ancienne détenue co-auteure de la BD « La ballade des dangereuses »), ainsi que M. Lionel Grassy, de la FIACAT et de l’asbl « La balle aux prisonniers. Le soutien et la participation du journaliste à La Libre Belgique et sociologue Christian Laporte reste à confirmer.

En cliquant ici, vous verrez apparaître notre affichette mentionnant tous les détails de cette journée. - oui le format PDF doit être modifié car difficilement lisible-

Pour ce mois de novembre, seules deux actions sont au programme. Toutefois, avec les manifestations relatives aux JNP, l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), et les diverses conférences à l’affiche que sa commémoration appelle, à l’ACAT, nous avons soudain fort à faire. Pour les semaines à venir, nous vous laissons « piocher » dans notre Agenda et vous encourageons à participer à nos actions.
Comme toujours nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et souhaitons vivement la participation du plus grand nombre.

En passant, nous vous informons que fin octobre, notre ACAT Belgique s’est jointe à la position commune, à l’appel du GC4HR · @GulfCentre4HR. مركز الخليج لحقوق الأنسان (Gulf Centre for Human Rights, membre du réseau FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme entre autres).

Basée au Liban et cofondée par Abdulhadi Al-Khawaja et Nabeel Rajab, l’organisation se bat pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme. Le communiqué commun dénonce les agissements de l’Arabie Saoudite à l’encontre des journalistes, des cyber-activistes, notamment les détention arbitraires, l’oppression si répandue et cruelle des femmes, l’écrasement du Yémen et de ses civils, les condamnations à mort … le meurtre hallucinant du journaliste Kashoggi à Istanbul, enfin.

Cette position soutient la résolution de l’ONU demandant l’exclusion de l’Arabie Saoudite du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et exige des enquêtes.

La barbarie, un nom commun qui revenait souvent dans la bouche de notre cher Jacques Pardonge, quand nous étions réunis.

Pour combattre la barbarie donc, qui semble revenir en force, et ériger au contraire la DUDH en « colonne » -pardon je ne sais si l’expression est heureuse- du Christ et de l’humanité, restons en éveil !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Notre programme de nos célébrations pour marquer les 70 années d’existence de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( née en 1948).

SAMEDI 1 er DÉCEMBRE 2018
Journée d’étude de l’ACAT-Belgique –
www.acat.be,
en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison – www.jnp-ndg.be,
à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ,

In het kader van 70 jaar Universele Verklaring van Rechten van de Mens, 2 panels over het thema « vrijheden in het gevangenis als maatschappelijke uitdaging »

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
Sur notre page Facebook
Appel urgent Avril 2015/2 - Liban

Procès en diffamation de Marie Daunay et Wadih al-Asmar, engagés pour lʼéradication de la torture.

Intervenir avant le 10/05/2015

Le 17 mars sʼest ouvert le procès en diffamation de Marie Daunay et Wadih al-
Asmar, du Centre libanais des droits humains (CLDH). Ils encourent une peine dʼun an
dʼemprisonnement et une amende en raison de leur courageux combat pour lʼéradication de la torture.

Procès en diffamation

En février 2011, le CLDH a publié un rapport intitulé « Détention arbitraire et torture : lʼamère réalité du Liban », fondé sur des informations collectées grâce au travail quotidien de lʼONG aux côtés des victimes de détention arbitraire et de torture au Liban. Ce rapport met en cause plusieurs services de sécurité et acteurs non gouvernementaux, parmi lesquels des membres du parti politique Amal, dirigé par Nabih Berry, président du Parlement libanais. Peu après la parution du rapport, ce dernier a porté plainte pour diffamation, incitation à la division confessionnelle (qui fonde le Liban), atteinte à lʼunité du pays et fausses accusations.

Plutôt que dʼenquêter sur les allégations de torture, en juillet 2011, le tribunal de Baabda a ouvert une enquête à lʼencontre de deux dirigeants de lʼONG, Marie Daunay et Wadih al-Asmar. Le juge a décidé de les poursuivre pour diffamation et les a renvoyés pour jugement devant le tribunal des imprimés. La première audience du procès, le 17 mars, a été observée par des représentants de lʼUnion européenne, des Nations unies et dʼONG témoignant ainsi leur soutien. La prochaine audience se tiendra le 11 juin prochain.

JPEG - 63.4 ko
Wadih al-Asmar et Marie Daunay au tribunal des imprimés de Baabda, le 17 mars 2015

Contexte

En avril 2013, saisi de plusieurs allégations de torture par lʼONG Alkarama, le Comité contre la torture a mené une mission dʼenquête au Liban afin de déterminer lʼampleur du phénomène tortionnaire et de lʼimpunité. Dans ses conclusions publiées en 2014, le comité constate quʼau Liban, qui a signé la Convention en octobre 2000, « la torture est une pratique largement répandue, utilisée par les forces armées et les organes chargés de lʼapplication de la loi pour enquêter, obtenir des aveux utilisés ensuite dans le cadre des procédures pénales et, parfois, punir des actes que la victime est supposée avoir commis ». Il qualifie une « pratique généralisée manifeste de la torture et des mauvais traitements à lʼencontre de suspects en détention, notamment des personnes arrêtées pour des crimes contre la sécurité de lʼÉtat et dʼautres infractions graves, ainsi que des étrangers, en particulier Syriens et Palestiniens, et des individus appréhendés lors dʼopérations de police, en particulier des personnes à faible revenu arrêtées pour des crimes mineurs ».

Des personnes placées en garde à vue pour toxicomanie, prostitution ou homosexualité, rapportent également avoir été torturées les membres des Forces de sécurité intérieure (FSI) rattachés au Bureau de répression des stupéfiants ou des agents de la brigade des moeurs.

Le Comité a aussi relevé « des arrestations illégales et des actes de torture qui sont le fait dʼacteurs non étatiques, tels que des milices liées au Hezbollah et dʼautres milices armées, et de la remise par la suite des personnes arrêtées aux organes de sécurité libanais ».

Les victimes ont indiqué que les mauvais traitements avaient lieu principalement au moment des arrestations et pendant les interrogatoires dans certains postes de police et lieux de détention placés sous la responsabilité des FSI et des services du renseignement militaire. Si les prisons civiles semblent épargnées, les personnes ayant séjourné à la prison pour femmes de Baabda, ou dans les locaux du service du renseignement de la direction générale des FSI à Achrafieh, présentent les stigmates de violences sexuelles ou de tortures.

Le confessionnalisme libanais en danger

Les conditions sécuritaires au Liban, qui se sont détériorées suite aux répercussions du conflit armé syrien, ont eu un impact négatif sur la protection des droits humains. Des tensions sectaires ont conduit à des affrontements meurtriers, dans un climat d’impunité pour les criminels armés. Dans un contexte instable (absence de gouvernement de février 2013 à mars 2014), et avec un soutien international limité, des projets de lois destinés à prévenir la torture, améliorer le sort des domestiques migrantes, ou de protéger les femmes des violences domestiques, sont restés bloqués. Dʼun autre côté, le gouvernement a adopté des restrictions très larges envers les réfugiés syriens, tandis que les forces de sécurité se rendaient coupables dʼabus au cours de leurs interventions.

En novembre 2014, on comptait plus de 1,1 millions de réfugiés syriens au Liban. Suite à des affrontements entre des militants extrémistes basés en Syrie et lʼarmée libanaise, en août, les réfugiés syriens ont été victimes de mesures de représailles de plus en plus lourdes (couvre-feux imposés par les municipalités, expulsions forcées, violences civiles), qui nʼont suscité que des réactions mitigées des autorités libanaises.

Lors dʼune séance boycottée par une partie des députés, le parlement libanais a prolongé son mandat jusqu’au 20 juin 2017. En raison de la crise politique liée à la guerre en Syrie, la classe dirigeante, profondément divisée, ne parvient à s’accorder sur un successeur pour Michel Sleimane, président de la république dont le mandat s’est terminé le 25 mai 2014. Le Liban, ce « modèle de coexistence entre les communautés », se trouve fragilisé par la paralysie institutionnelle et les retombées du conflit syrien.

(Sources : ACAT France et HRW)

  Imprimer

Documents joints