Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel urgent (Fevrier 2016) - RDC
Intention de prière
Seigneur, en monde où la violence se déchaîne, fais de nous des artisans de paix, des bâtisseurs d’amour.
Viens mettre le baume de ton Amour sur le cœur de tous ceux qui souffrent ;
qui sont en manque de repères,
ceux qui sont maltraités, torturés et de leurs bourreaux.
Nous t’en prions.
Appels à intervention
Appel Urgent (Septembre 2018) Vietnam

Le 3 janvier 2018, le Tribunal populaire de la province de Dak Nong, dans le Sud du pays, a condamné Dang Van Hien à la peine de mort pour meurtre, en vertu de l’article 93 du code pénal vietnamien.

Appel Urgent (Septembre 2018) Nicaragua

Au mois d’avril 2018, le gouvernement du Nicaragua tente de « faire passer »l’adoption, sans débat parlementaire ni concertation sociale préalables, d’un nouveau système de retraites. Mais la contestation de la société civile sera impitoyablement réprimée par la police et les paramilitaires à la solde du gouvernement, et le bilan humain ne cessera de s’alourdir au fil du printemps ...

Appel Urgent (Juillet 2018) Turkménistan

Gaspar Matalaev, défenseur des droits humains et reporter pour Alternative Turkmenistan News (ATN), était l’un des journalistes indépendants qui enquêtaient sous couverture pour dénoncer le travail forcé géré par l’État dans les champs de coton, notamment le travail des enfants. Lors de la récolte de coton 2016, il a rassemblé des preuves dans le district de Farap (province de Lebap) : des interviews et des photos de personnes forcées par les autorités à travailler dans les champs de coton, afin que les quotas gouvernementaux soient remplis...

Appel Urgent (Juillet 2018) République démocratique du Congo

« Offense au chef de l’Etat »
Près de six mois après leur arrestation arbitraire, cinq militants du mouvement citoyen pro-démocratie Filimbi (sifflet en Swahili) ont enfin été présentés devant la justice congolaise. Le 19 juin 2018, le tribunal de paix de Ngaliema à Kinshasa a décidé de les maintenir en détention provisoire, pour quinze jours, en attendant leur jugement pour « offense au chef de l’Etat ».

Appel Urgent (Mai 2018) TOGO

Détention arbitraire pour le président d’une ONG togolaise

Suite à la publication d’un rapport critique envers le gouvernement togolais sur la répression de 2017, Assiba Johnson, président du Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement (REJADD-Togo) a été brutalement arrêté à Lomé par le Service de renseignements et d’investigations (SRI). Les agents du SRI ont également fouillé sans mandat le bureau de l’ONG et y ont confisqué du matériel. Assiba Johnson a été interrogé et inculpé par un juge d’instruction pour être ensuite détenu arbitrairement à la prison civile de Lomé où il se trouve encore.

Actualités de l'ACAT
Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

La lettre de l’ACAT : Actualités (NDV) action et prière Mai 2018

Chers adhérents,

En mai 2018, l’ACAT se mobilise pour obtenir la libération de Germain Rukuki. Nous avons également décidé de faire appel à vous concernant la détention arbitraire d’un défenseur togolais, M. Johnson, qui nous préoccupe vivement et à laquelle nous souhaitons que les autorités mettent fin au plus vite.

L’avancée dans le temps se trouvant en réalité aux commandes, nous préparons aussi les différentes veillées de prières œcuméniques, en lien avec la journée internationale de soutien aux victimes de la torture des Nations Unies, qui a lieu le 26 juin de chaque année. Dans ce cadre, nous vous sollicitons. Le but de ce nouveau courrier est de vous fédérer autour de cette nuit des Veilleurs (NDV), et de vous informer un peu plus précisément du déroulement des « festivités ».

En vous souhaitant un beau jour de Pentecôte, et de rencontrer Son Esprit dans votre poursuite du Bien et de la Paix sur la terre, je vous remercie de votre attention.

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Rapport de visite du Comité européen pour la prévention de la torture sur sa visite en Belgique en mars/avril 2017

Belgique : le Comité anti-torture demande une amélioration des conditions de détention en milieu carcéral, une meilleure prise en charge des internés psychiatriques et un renforcement de la lutte contre les violences policières

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques actualités, action et prière Mars 2018

Bonjour à tous,

Ci-après les actualités de l’ACAT Belgique.
Avec nos cordiales salutations

La lettre de l’ACAT : Sur le Chemin de Pâques

actualités, action et prière

Mars 2018

Sur notre page Facebook
Appel urgent (Fevrier 2016) - RDC

Fred et Yves, symboles de la résistance de la jeunesse

Word - 55 ko

Intervenir avant le 09/03/2016


Fred et Yves ont été arrêtés lors du lancement de « Filimbi », une plateforme qui vise à encourager les jeunes Congolais à accomplir de manière responsable et pacifique leurs devoirs civiques.
La « mission d’information » parlementaire, créée fin mars 2015 pour examiner la manière dont les services de sécurité ont géré le dossier « Filimbi », n’a trouvé aucune preuve d’implication de ses membres dans l’exécution ou la préparation d’actes terroristes ou de crimes violents. Par conséquent, Fred et Yves n’ont pas « comploté contre la vie ou contre la personne du chef de l’État ».
Après un débat à huis clos les 12 et 13 juin 2015, l’Assemblée nationale a recommandé une « solution politique » qui permettrait leur libération. Les mois ont passé et la détention arbitraire de Fred et Yves se poursuit.

Retour sur l’arrestation des deux militants

Le 15 mars 2015, l’Agence nationale de renseignement (ANR) a arrêté une trentaine d’activistes pro-démocratie lors d’un atelier de « Filimbi » à Kinshasa. Les autorités ont remis en liberté la plupart de ces personnes les jours suivants, sauf Yves Makwambala, webmaster- artiste graphiste, et Fred Bauma, membre de La Lutte pour le Changement (LUCHA), mouvement basé à Goma (province du Nord- Kivu). Après avoir été détenus pendant plus de 40 jours par l’ANR sans charge, ni assistance juridique, ni présentation devant une autorité judiciaire compétente, ils ont été transférés au Parquet les 24 avril et 4 mai, puis incarcérés à la prison centrale de Kinshasa. Fred et Yves sont inculpés d’« appartenance à une association formée dans le but d’attenter aux personnes et aux biens » ; d’avoir « comploté contre la vie ou contre la personne du Chef de l’État » ; et d’avoir « tenté de détruire ou de changer le régime constitutionnel, ou d’avoir incité des personnes à s’armer contre l’autorité de l’État ». Comme il n’existe à ce jour aucun élément de preuve étayant ces accusations, le procès à leur encontre n’a pas commencé.
Fred et Yves sont aujourd’hui délibérément maintenus en détention et poursuivis par la justice pour servir d’exemple, pour réduire au silence toute une génération de jeunes congolais qui ont eu l’audace ne pas se taire, de s’intéresser au processus et au débat démocratiques, de s’engager activement pour l’amélioration de la vie des Congolais.

Répression de la LUCHA

Le 28 novembre 2015, plusieurs dizaines de police et de militaires armés sont intervenus pour disperser la manifestation pacifique organisée par la LUCHA dans le quartier Majengo de Goma, en faveur des victimes de la région voisine de Beni.
Bien que la manifestation ait été dûment notifiée auprès de la mairie de Goma, les forces de l’ordre ont lancé sans sommation des bombes lacrymogènes et tiré à balles réelles sur une foule de quelque 500 personnes.
A cette occasion, 12 personnes, dont trois mineurs (relâchés sans charges le lendemain) ont été brutalisées. Neuf manifestants, à savoir Juvin Narcisse Kombi et Pascal Byumanine, membres de la LUCHA, ainsi que messieurs Semunda Rwamakuba, Wtemwami Heshima, Katembo Kalindalo, Kambale Muhasa, Fumbu, Kakule Kilala et Semivumbi restent à ce jour détenus à la prison de Munzenze, à Goma.

Déferlement de violence à Beni

La population du Territoire de Beni, au nord de Goma, dans l’Est de la RDC, est le théâtre de massacres, dont la répétition suggère l’intention génocidaire de leurs auteurs. Depuis octobre 2014, des hommes, des femmes, des enfants et des vieillards sont tués le plus souvent à l’arme blanche (machette, hache, couteau, douille de houe, marteau). Le gouvernement congolais attribue ces massacres aux rebelles islamistes ougandais, les ADF -Forces démocratiques alliées /Armée de libération [ADF-NALU]-, mais plusieurs sources réfutent cette version. Une enquête internationale pourrait permettre d’en identifier les auteurs, ainsi que leurs commanditaires et leurs complices, afin qu’ils soient arrêtés et traduits en justice.

Partie au PIDCP, la RDC a ratifié la Convention contre la Torture en 1996 et l’OPCAT en 2006. La torture est interdite par la Constitution.

  Imprimer