Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appel urgent (Novembre 2017) - BELGIQUE
Actualités de l'ACAT
Chers adhérents,Noël et les festivités du 1er...

Chers adhérents,

Noël et les festivités du 1er janvier 2020 sont derrière nous à présent. Cependant nous gardons, nous, tapie au fond de nous, cette chaleur merveilleuse ineffable et douce de la venue au monde de Christ. Et avec vous, nous comptons bien continuer de déployer notre Action en faveur de la dignité et des droits des hommes et femmes, chaque fois qu’ils sont bafoués ou menacés.
Conservons donc cette Lumière jamais égalée et laissons- nous guider par le Verbe et sa Parole tout le long de l’Année qui commence.
Ensemble pour des avancées solidaires et fraternelles sur les chemins du Monde,

Excellente année à chacun et chacune d’entre vous et Merci d’être là !

p.o ACAT Belgique
Cécile Auriol, administratrice toujours à votre service

La lettre de l’ACAT 10 décembre 2019 : la DUDH fête 71 ans !

Chers adhérents,
Aujourd’hui nous mettons un défenseur à l’honneur, anniversaire de la DUDH (Déclaration universelle des droits de l’homme) oblige, puisque le combat pour les droits humains est précisément notre raison d’exister .
A côté des défenseurs Germain Rukuki, Tamara Chikunova ou Carole Rackete, sur le destin desquels il nous tiendra à coeur de revenir (mais pour des raisons pratiques, seulement ultérieurement), autant d’hommes et de femmes que nous vous prions de ne pas oublier, nous vous invitons aujourd’hui à joindre votre voix à celle de l’ACAT France et à intervenir pour un défenseur copte engagé, Ramy Kamel, détenu et probablement torturé.
Merci pour Rami
Germain .
Carole et Tamara

Beau Temps de l’Avent à tous et toutes !

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT décembre 2019 : Avent

Chers adhérents,

Nous serons concis et ainsi, peut-être, entendus, et nous approcherons de la sorte des " buts recherchés".

L’Avent, c’est "l’attente dans l’espérance et dans la vigilance". Plus que jamais, nous vous appelons à vous tenir concrètement à nos côtés au cœur de l’ACAT, en nous envoyant par exemple vos réactions, témoignages et textes, ou vos propositions d’actions, qui serviront à enrichir, entre autres, notre ACAT -Info.

Vous êtes l’ACAT Belgique, qui doit retrouver son souffle premier !

Les appels ce mois-ci visent la répression exercée par un gouvernement central tout-puissant sur la périphérie troublée de œkoumène chinois.

Mais, nous, allons ensemble, et portons notre message -qui est le Sien- aux extrémités de la terre.

Beau Temps de l’Avent à tous et toutes !

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

La lettre de l’ACAT Édition Spéciale 20 novembre 2019

30è anniversaire de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant (CIDE)

Chers adhérents,

Le 20 novembre 1989, la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) était signée à l’ONU par 195 États. Aucun autre traité international relatif aux Droits de l’Homme n’avait jamais suscité un tel consensus de la part des États. Actuellement, seuls les États-Unis n’ont pas ratifié la Convention. La Somalie, le Soudan du Sud et la Palestine en sont les derniers signataires en date.

À la croisée des chemins entre son passé glorieux et son avenir potentiel, c’est à nous qu’il appartient clairement de renouveler notre engagement à son égard. Or si le droit de chaque enfant à vivre dans des conditions décentes, à accéder à la santé, à l’éducation, sans oublier le droit à être protégé de toutes les formes de violences, le core business de notre action, se sont imposés dans nos sociétés, la notion de l’intérêt supérieur de l’enfant, demandée par la Convention, reste aujourd’hui, méconnue et incomprise dans nombre de pays. De fait, elle sera souvent utilisée comme un étendard sans relation avec la réalité. Surtout la violence (à leur égard, et quelle que soit sa forme) peut résulter de carences des institutions ne répondant pas ou couvrant insuffisamment les besoins de l’enfant. En outre, beaucoup sont ballottés d’un lieu l’autre, au gré de décisions auxquelles ils ne comprennent trop souvent pas grand chose. Du moins, un grand nombre éprouve ce sentiment. Or leur droit d’expression, et celui de participer aux choix qui les concernent, sont garantis par la CIDE (relire les articles 9 et 12). Partout dans le monde ils devraient être entendus, et ne pas être trimballés, sans leur accord, de foyers en foyers, d’écoles en écoles, voire de pays en pays, ou d’armées en armées.

Il y a plus de 2000 ans se jouait la scène de la Présentation au Temple de Jérusalem, centre de la vie religieuse en Israël. Si les responsables religieux d’alors n’ont pas accueilli Jésus, un "juste" (Siméon) et la prophétesse Anne vont à sa rencontre et reconnaissent en lui le Messie. Nous sommes invités à être "juste" en suivant Siméon, et à l’instar d’Anne, à prier et à garder le Temple. Jésus est le Messie, non par la puissance, mais parce–qu’il sert la société de son temps et le monde. Ainsi l’Église commencera à Jérusalem d’où les chrétiens partiront porter l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre. Et bien, on peut tout à fait imaginer cette scène transposée en 2020, où nos enfants avec leurs « satanés » smartphones et autres media high tech abstrus, porteraient concrètement le message de l’Évangile, à commencer celui des droits de l’Homme, aux quatre coins du monde.

Nous profitons de cette édition spéciale de notre lettre pour vous appeler à vous engager, vous aussi, davantage à nos côtés au cœur de l’ACAT, en nous envoyant par exemple vos réactions, témoignages et textes, ou vos propositions d’actions, qui serviront à enrichir notamment notre ACAT-Info.

Vous, qui lisez ces lignes, vous êtes l’ACAT Belgique, qui ne doit pas mourir mais retrouver son souffle premier !

Ah j’oubliais presque : un merci particulier notamment à François – réseau Sos Peine de mort-, Christian, Florent, Paul, Bénédicte et Térèse–Marie, Oli et Christophe pour leurs généreuses contributions.

En attendant, cap sur le Soudan du sud dont nous exhortons les autorités à assurer la protection effective des enfants contre les violations très graves subsistant à leur encontre !

Belle semaine

Cécile Auriol

Conseil d’administration de l’ACAT Belgique

Les Journées Nationales de la Prison 2019...

Les Journées Nationales de la Prison 2019 auront lieu du 23 au 30 novembre. Le thème de cette année est « Justice, Prison : Sortir du cercle vicieux ».

Sur notre page Facebook
Appel urgent (Novembre 2017) - BELGIQUE

PLAIDOYER POUR LE BIEN-VIVRE DES ANCIENS DETENUS

Inscris en faveur des bourreaux, des délateurs, des traîtres et de tout homme de mauvaise volonté, le courage et la force spirituelle des autres, leur humilité, leur dignité, leur lutte intérieure constante et leur indicible espérance,[...]
« Paix à tous les hommes de mauvaise volonté » (extrait)

Word - 20.6 ko

Intervenir avant le 10/12/2017

Á la faveur des Journées nationales de la prison 2017 (JNP), l’ACAT relaie les préoccupations concrètes de la Fédération bruxelloise des institutions pour détenus et ex-détenus (FIDEX).
Après la tourmente qu’a traversée le monde carcéral (grève des gardiens pour l’amélioration des infrastructures et la fin de la surpopulation carcérale) en mai et juin 2016, l’ACAT salue la volonté manifeste du ministre de la justice Koen Geens, de n’utiliser la peine de prison que comme un remède ultime. La politique d’internement est devenue plus humaine. Le soin prime sur la sécurité, les condamnés à moins de 3 ans ne sont plus incarcérés, mais surveillés avec ou sans bracelet électronique. Congés pénitentiaires et libérations anticipées sont désormais largement préconisés pour raccourcir la liste d’attente des détenus susceptibles de porter un bracelet électronique.
Plébiscitée par l’opinion publique, la prison reste, malgré un taux de récidive élevé, la sanction la plus répandue et la plus lourde. C’est que la loi doit être respectée, la victime, obtenir réparation, et tout un chacun, vivre dans une sécurité suffisante. Toutefois la justice se doit de son côté de respecter les droits de l’Homme, en particulier ceux des détenus, contenus tant dans la Déclaration Universelle et la Convention européenne des Droits de l’Homme, les Règles pénitentiaires du Conseil de l’Europe de janvier 2006, que dans la Loi de principe du 12 janvier 2005 concernant l’administration pénitentiaire et le statut juridique des détenus. Aujourd’hui des mesures alternatives (semi-détention, surveillance électronique, libération conditionnelle) sont à l’essai. Privilégiant la dignité des victimes et celle du condamné, dont elles veulent envisager l’avenir, ces mesures ne peuvent aboutir qu’avec le soutien d’une opinion publique informée. Le Conseil central de surveillance pénitentiaire a ainsi lancé les JNP, dont l’objectif est de sensibiliser à la réinsertion et de questionner le modèle carcéral, sachant que 95% des détenus sont « issus de la pauvreté ». L’an passé elles avaient évoqué les soins en détention et dénoncé notamment l’impact pathogène de l’incarcération (par exemple comment retrouver un travail si la santé et la dentition sont détériorées ?). Cette année encore, elles veulent considérer les perspectives d’avenir des détenus.

Exposé d’un parcours de Charybde en Scylla

Incontestablement l’enfermement a une incidence, non seulement sur le détenu, mais aussi sur son entourage : enfants, fratrie, amis. Au-delà de la peine privative de liberté, la détention apparait comme un facteur négatif pour les valeurs familiales (vie de couple, éducation des enfants, aggravation de la précarité féminine).En outre le retour à la liberté de l’ex-détenu, jusqu’alors isolé et sans activités, peut marquer une étape douloureuse, vu son manque de perspectives, de formation ou d’accompagnement. Ce retour marque aussi le basculement hors du « temps de la justice », interminable.

Inégalité de traitement des citoyens(effet pervers du bracelet)

Premier palier à la sortie de prison, la surveillance électronique impose ou offre (?) au détenu des horaires et un cadre. Le détenu peut aussi bénéficier d’un congé pénitentiaire accordé par périodes alternant 7 jours de congé et 7 de détention. Là où le bât blesse c’est qu’en principe les détenus en congé ou portant un bracelet, ne peuvent travailler à l’extérieur. Donc ils se retrouvent à charge de familles souvent démunies. Et s’ils bénéficient d‘une allocation du SPF (service public fédéral) Justice, le CPAS leur dénie le RIS (revenu d’insertion sociale) au motif qu’ils dépendent du SPF Justice. L’information, lacunaire, leur aura été délivrée à un moment charnière (rester ou sortir de prison ?),peu propice à un choix éclairé.
Depuis 2007, l’allocation du SPF Justice, qui ne suit pas l’indexation des revenus, est inférieure au RIS. Au 1er/09/2013 le RIS pour personne isolée s’élevait à 817.36€, l’allocation du SPF Justice, à 646.35 €. Soit bien en dessous du seuil de pauvreté (1.000€ par mois pour une personne isolée). La précarité est accentuée par la multiplication des démarches administratives pour obtenir l’allocation tandis que les restrictions aux déplacements induisent des frais supplémentaires. Plusieurs détenus sous bracelet électronique, en grande précarité financière, perdent un logement ou leur place en maisons d’accueil. La problématique résultant de la surveillance électronique augmente donc les situations « à risque » que cette même surveillance électronique entend limiter.
En définitive, les personnes portant bracelet mais qui n’ont pas de « filet de sécurité financier », ont besoin d’un revenu de remplacement. Le RIS est le seul revenu de remplacement dont elles sont privées. Les autres indemnités- chômage, mutuelle et handicap- sont maintenues. Néanmoins rares sont ceux qui appellent d’un refus d’octroi du RIS, ou dénoncent la discrimination liée à l’insuffisance de l’allocation du SPF Justice. Ce traitement discriminatoire pose question. Pourtant, dès lors que le Tribunal du Travail est saisi d’une affaire, les plaignants obtiennent une compensation financière (aide sociale complémentaire). Les personnes sous surveillance électronique ne jouissant pas du RIS devraient systématiquement solliciter un complément financier auprès du CPAS. En cas de refus, elles saisiraient le Tribunal du Travail compétent pour condamner le CPAS à payer la différence au plaignant.


Le combat – toutes ces démarches - de personnes dans la précarité qui tombent de Caribe en Scylla, nous paraît à la fois inutile, décalé et incompatible avec un vrai travail de réinsertion !

  Imprimer