Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel urgent (Octobre 2016) - ÉGYPTE
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

La lettre de l’ACAT : Actualités (NDV) action et prière Mai 2018

Chers adhérents,

En mai 2018, l’ACAT se mobilise pour obtenir la libération de Germain Rukuki. Nous avons également décidé de faire appel à vous concernant la détention arbitraire d’un défenseur togolais, M. Johnson, qui nous préoccupe vivement et à laquelle nous souhaitons que les autorités mettent fin au plus vite.

L’avancée dans le temps se trouvant en réalité aux commandes, nous préparons aussi les différentes veillées de prières œcuméniques, en lien avec la journée internationale de soutien aux victimes de la torture des Nations Unies, qui a lieu le 26 juin de chaque année. Dans ce cadre, nous vous sollicitons. Le but de ce nouveau courrier est de vous fédérer autour de cette nuit des Veilleurs (NDV), et de vous informer un peu plus précisément du déroulement des « festivités ».

En vous souhaitant un beau jour de Pentecôte, et de rencontrer Son Esprit dans votre poursuite du Bien et de la Paix sur la terre, je vous remercie de votre attention.

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Rapport de visite du Comité européen pour la prévention de la torture sur sa visite en Belgique en mars/avril 2017

Belgique : le Comité anti-torture demande une amélioration des conditions de détention en milieu carcéral, une meilleure prise en charge des internés psychiatriques et un renforcement de la lutte contre les violences policières

Sur notre page Facebook
Appel urgent (Octobre 2016) - ÉGYPTE

Un mineur de 14 ans torturé en vue d’obtenir des aveux !

L’agence de sécurité nationale égyptienne a soumis Aser Mohamed, 14 ans, à une disparition forcée de 34 jours. Le garçon affirme qu’il a été torturé et soumis à des mauvais traitements, cela afin de lui faire avouer des infractions qu’il n’a pas commises. Il risque un procès inique fondé sur des aveux obtenus sous la torture.

“ Il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.”

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 2,1-8

Word - 28.9 ko

Intervenir avant le 05/11/2016

Le 12 janvier au petit matin, des membres de l’Agence de sécurité nationale ont arrêté Aser Mohamed à son domicile familial, situé au Caire. Les agents, qui n’ont présenté ni mandat d’arrêt ni autorisation de perquisition, ont indiqué qu’ils souhaitaient emmener Aser pour l’interroger brièvement. Ils ont refusé de révéler l’endroit où ils l’emmenaient. Pendant les 34 jours qui ont suivi, les autorités ont nié détenir Aser Mohamed chaque fois que sa famille et ses avocats ont tenté de se renseigner auprès de prisons, de postes de police et du bureau du procureur. Le 15 février, Aser a comparu devant le service du procureur général de la sûreté de l’État, au Nouveau Caire, et a été interrogé en l’absence de son avocat. Il n’a été autorisé à appeler sa famille et son avocat qu’après son interrogatoire.
Aser Mohamed fait l‘objet de poursuites pour plusieurs accusations. On lui reproche d’appartenir à la confrérie interdite des Frères musulmans et d’avoir commis un attentat contre un hôtel. Les charges retenues contre lui sont basées sur ses aveux arrachés sous la torture par l’Agence de sécurité nationale au cours de ses 34 jours de détention illégale. Aser Mohamed a déclaré au procureur qu’il avait subi des actes de torture destinés à le contraindre à avouer ces infractions et qu’il a notamment reçu des décharges électriques et été suspendu par les membres pendant de longues heures. Cependant, le procureur n’a pas ouvert d’enquête sur ces allégations de torture et de disparition forcée. Aser Mohamed affirme que le procureur a menacé de le renvoyer à l’Agence de sécurité nationale pour être à nouveau torturé s’il maintenait ses déclarations. Le procureur a ensuite ordonné le placement d’Aser Mohamed en détention provisoire, contrevenant ainsi aux lois égyptiennes qui interdisent la détention provisoire pour les mineurs de moins de 15 ans. Aser Mohamed a été renvoyé devant le tribunal en août. Le tribunal a bien tenu la première audience le 6 août mais a ensuite repoussé l’audience suivante au 15 août, puis au 8 octobre. Aser est actuellement détenu au poste de police de Talbeya, à Guizeh, dans des conditions inhumaines. Il partage une cellule de 4x6 mètres avec 12 détenus et n’est pas autorisé à en sortir. Sa famille n’a pas pu lui rendre visite depuis le 2 août.
Le Ministère de l’Intérieur recourt aux disparitions forcées pour balayer la dissidence pacifique. Depuis début 2015, des centaines d’Égyptiens, dont des mineurs, ont « disparu » aux mains de l’État. Le bureau du procureur égyptien se rend complice de ces violations et s’abstient souvent de traduire les responsables présumés en justice. Avant Aser, en mai 2015, Islam Khalil avait été enlevé à son domicile. Son sort avait été tenu secret pendant 122 jours.
Islam Khalil et Aser Mohamed vont être jugés sur la base d’« aveux » obtenus sous la torture. S’ils sont déclarés coupables, Khalil risque la peine de mort, et Aser jusqu’à 15 ans d’emprisonnement.

Faire taire les voix dissidentes

La répression gouvernementale, visant à anéantir les voix dissidentes, s’abat sur la société civile égyptienne avec violence. Au cours de l’été 2016, ce sont 37 ONG de droits de l’homme qui ont vu leurs avoirs gelés.

Malek Adly, un juriste du Centre Égyptien Économique et Social (ECESR), cofondateur du Front de Défense des manifestants égyptiens (FDEP), est arrêté en avril pour avoir critiqué le transfert de souveraineté de deux îles de la Mer Rouge (Tiran et Sanafir) à l’Arabie Saoudite. Il est d’abord longuement frappé avec des armes à feu, avant d’être questionné pendant 4 heures d’affilée. M. Adly sera détenu à l’isolement dans une cellule obscure minuscule, non ventilée et dépourvue de literie pendant au moins 90 jours. Souffrant de rhumatismes et de pression artérielle excessive, il n’a eu accès à aucun soin médical.

  Imprimer

Répondre à cet article