Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Prier    >    Méditations pour le temps de Carême    >    Méditation pour le Dimanche des Rameaux 20 mars 2016
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2018 (mois des JNP)

Bien chers tous,

Le SAMEDI 1er DÉCEMBRE 2018 se tiendra une Journée d’étude de l’ACAT-Belgique en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison, à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce colloque ou séminaire « Les Droits de l’Homme : hier, aujourd’hui. Demain ? » rassemblera Natacha Kazatchkine, (analyste politique à l’Open Society European Policy Institute), Vincent Spronck (directeur de la prison de Forest), Éric de Beukelaer, (prêtre catholique et juriste), Valérie Zézé (ancienne détenue co-auteure de la BD « La ballade des dangereuses »), ainsi que M. Lionel Grassy, de la FIACAT et de l’asbl « La balle aux prisonniers. Le soutien et la participation du journaliste à La Libre Belgique et sociologue Christian Laporte reste à confirmer.

En cliquant ici, vous verrez apparaître notre affichette mentionnant tous les détails de cette journée. - oui le format PDF doit être modifié car difficilement lisible-

Pour ce mois de novembre, seules deux actions sont au programme. Toutefois, avec les manifestations relatives aux JNP, l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), et les diverses conférences à l’affiche que sa commémoration appelle, à l’ACAT, nous avons soudain fort à faire. Pour les semaines à venir, nous vous laissons « piocher » dans notre Agenda et vous encourageons à participer à nos actions.
Comme toujours nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et souhaitons vivement la participation du plus grand nombre.

En passant, nous vous informons que fin octobre, notre ACAT Belgique s’est jointe à la position commune, à l’appel du GC4HR · @GulfCentre4HR. مركز الخليج لحقوق الأنسان (Gulf Centre for Human Rights, membre du réseau FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme entre autres).

Basée au Liban et cofondée par Abdulhadi Al-Khawaja et Nabeel Rajab, l’organisation se bat pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme. Le communiqué commun dénonce les agissements de l’Arabie Saoudite à l’encontre des journalistes, des cyber-activistes, notamment les détention arbitraires, l’oppression si répandue et cruelle des femmes, l’écrasement du Yémen et de ses civils, les condamnations à mort … le meurtre hallucinant du journaliste Kashoggi à Istanbul, enfin.

Cette position soutient la résolution de l’ONU demandant l’exclusion de l’Arabie Saoudite du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et exige des enquêtes.

La barbarie, un nom commun qui revenait souvent dans la bouche de notre cher Jacques Pardonge, quand nous étions réunis.

Pour combattre la barbarie donc, qui semble revenir en force, et ériger au contraire la DUDH en « colonne » -pardon je ne sais si l’expression est heureuse- du Christ et de l’humanité, restons en éveil !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Notre programme de nos célébrations pour marquer les 70 années d’existence de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( née en 1948).

SAMEDI 1 er DÉCEMBRE 2018
Journée d’étude de l’ACAT-Belgique –
www.acat.be,
en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison – www.jnp-ndg.be,
à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ,

In het kader van 70 jaar Universele Verklaring van Rechten van de Mens, 2 panels over het thema « vrijheden in het gevangenis als maatschappelijke uitdaging »

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

Sur notre page Facebook
Méditation pour le Dimanche des Rameaux 20 mars 2016

Lectures bibliques : Es 50,4-7 ; Ph 2,6-11 ; Lc 19,28-44

Il s’agit des lectures propres au dimanche des Rameaux dans l’une des traditions chrétiennes.

La lecture du Prophète Ésaïe éclaire la condition de disciple du Seigneur : est disciple celui qui se sert de la langue que Dieu lui donne afin de soulager l’affaibli. L’écoute de la Parole du Seigneur mène spontanément à l’action, au service ; par cette posture d’empathie envers le plus faible, il est donné à l’auditeur de la Parole de participer à l’œuvre de miséricorde de Dieu lui-même. Le chemin de service que le fidèle est invité à emprunter n’est pas sans embûche ; en effet, la liberté de chaque individu, qu’elle l’incline au bien ou au mal, ne peut pas être entravée par la grâce du Seigneur que reçoit celui qui veut bien l’entendre : Dieu ne peut pas empêcher le mal que les créatures libres commettent ou provoquent, mais il donne aux fidèles, qui deviennent ses collaborateurs dans la dispensation de la miséricorde au monde, une participation graduelle à l’impassibilité qui Le caractérise.

Dans sa lettre aux Philippiens, l’Apôtre Paul utilise une notion bien singulière pour désigner la gloire du Christ : celle de la kénose, de l’anéantissement volontaire, littéralement du vidage de soi-même. Jésus, qui est Dieu-avec-nous, se vide de sa propre vie pour nous faire participer à lui, pour nous faire une place chez lui. Dans ce passage, l’on sent poindre la théologie de multiples Pères grecs, qui enseignera que Dieu s’est homme pour que l’homme puisse devenir dieu. Et le chemin qui mène à la divinité est celui du service d’autrui, dont la cause est dans l’amour, qui ne se réduit ni au sentimentalisme ni à la rationalité, mais qui embrasse tout l’être. Par amour, Dieu s’approche pour nous rapprocher de lui, mais aussi les uns des autres, et pour ouvrir des voies de communion. L’une de ces voies éminentes de communion à la vie divine consiste dans l’invocation du nom de Jésus, qui a donné lieu, dans certaines traditions chrétiennes, à une prière de litanie teintée de douceur, consistant dans l’invocation perpétuelle du nom de Jésus-Christ.

Enfin, dans l’extrait évangélique de Luc, qui se rapporte directement à la fête des Rameaux, l’on trouve une confirmation de l’enseignement vétérotestamentaire : le Seigneur Dieu est un dieu de tendresse, qui crée dans la douceur, qui déploie sa force dans la faiblesse. « Le Seigneur a besoin… » Cette formule, à elle seule, est pétrifiante pour l’oreille humaine ; Dieu a besoin, lui le Transcendant, le Saint s’approche de nous si près, si bas ! qu’il en vient à avoir besoin. Et ce n’est pas tout, il a besoin, non de fastes et de splendeurs, mais d’un ânon, du petit d’une ânesse, le petit de celle qui porte le joug. Par ce parachèvement de l’enseignement de Jésus, les fidèles apprennent que le Maître de tout est d’une humilité extrême, que celui qui est fort contient sa force pour la mettre au service d’autrui. Ce n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle conception de la royauté et de la puissance que Jésus enseigne dans ce passage si connu et, à la fois, trop rarement relu.

L’entrée du Christ à Jérusalem, qui est l’une des manifestations majeures de sa condition royale, constitue le moment d’accomplissement d’une vision toute biblique de la domination et de l’autorité : loin de la manière de concevoir que l’on apprend dans la plupart des traditions humaines, l’Évangile, dans le prolongement de ses racines dans l’Ancien Testament, invite à considérer la force comme une faculté de servir, et la faiblesse comme un espace d’action pour la puissance de Dieu.

Seigneur Jésus, tu nous as montré le chemin vers le Père, en devenant toi-même chemin. En partageant en tout notre condition jusqu’à l’extrême humilité, tu nous soutiens : aussi bas que nous puissions descendre, tu es descendu plus bas encore pour nous relever, afin que, jamais, le désespoir ne puisse nous envahir. Loué sois-tu pour ton œuvre de salut.

Nous te rendons grâce de ce que tu nous offres de partager ta mission auprès de nos frères et sœurs, et, en nous approchant d’eux, nous nous rapprochons de toi, par la grâce de l’Esprit. En lui, nous t’invoquons et te suivons vers le Père, pour les siècles des siècles.

La médiation et la prière qui vont nous conduire au grand Dimanche des rameaux ont été tissées par le Père orthodoxe Christophe d’Aloisio et

illustrées par les créations de galets ( "BD en cailloux" ) de l’artiste syrien Nizar Ali Badr.

  Imprimer