Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Prier    >    Méditations pour le temps de Carême    >    Méditation pour le cinquième dimanche de Carême 2016 (13 mars)
Méditation pour le cinquième dimanche de Carême 2016 (13 mars)

Livre d’Isaïe (43,16-21) lettre de St Paul Apôtre aux Philippiens (3, 8-14)
Evangile selon St Jean (8, 1-11)

Les scribes et les pharisiens veulent lapider cette femme prise en flagrant délit d’adultère parce qu’elle a enfreint la loi. Ils la jugent. Et nous, ne nous arrive-t-il pas de juger l’autre d’après nos critères, nos propres jugements ?
Face à eux, Jésus reste libre, il sait qu’il ne peut pas contredire la parole de Moïse mais il n’entre pas dans leur jeu, il les met face à eux-mêmes : « Celui qui est sans péché, qu’il lui jette la première pierre. »
Par cet évènement, Jésus nous appelle à la miséricorde, nous montre un chemin d’Amour, de non jugement. Il ne dit pas à la femme que ce n’est pas grave mais son regard la relève, leur rencontre la remet debout. Elle n’est plus une pécheresse, une condamnée à mort. Jésus l’invite à repartir vivante, se sachant aimée de Dieu. Elle peut désormais aller, être témoin de la miséricorde.
Nous aussi, nous sommes invités à la conversion et le Seigneur nous attend aussi avec un cœur et un regard de miséricorde. "Moi non plus, Je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus !" (v. 11). Comme nous le suggère Isaïe dans le texte de ce dimanche, Dieu fait toute chose nouvelle, Il veut nous relever et nous envoyer proclamer la bonne nouvelle de son Amour : « « Le Seigneur dit : 18 Ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois. 19 Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ?
Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. 20 Les bêtes sauvages me rendront gloire – les chacals et les autruches – parce que j’aurai fait couler de l’eau dans le désert, des fleuves dans les lieux arides, pour désaltérer mon peuple, celui que j’ai choisi. 21 Ce peuple que je me suis façonné redira ma louange. » Is 43, 18-21

Terminons par cette belle prière de sœur Faustine Kowalska (Petit journal 163) :

Aide-moi, Seigneur, pour que mes yeux soient miséricordieux, Pour que je ne soupçonne jamais ni ne juge d’ après les apparences extérieures...
Aide-moi, Seigneur, pour que mon oreille soit miséricordieuse, afin que je me penche sur les besoins de mon prochain et ne reste pas indifférent à ses douleurs ni à ses plaies.
Aide-moi, Seigneur, pour que ma langue soit miséricordieuse, afin que je ne dise jamais de mal de mon prochain, mais que j’ai pour chacun un mot de consolation et de pardon.
Aide-moi, Seigneur, pour que mes mains soient miséricordieuses et remplies de bonnes actions...
Aide-moi, Seigneur, pour que mes pieds soient miséricordieux, pour me hâter au secours de mon prochain, en dominant ma propre fatigue et ma lassitude...
Aide-moi, seigneur, pour que mon cœur soit miséricordieux...
Que ta miséricorde repose en moi, o mon Seigneur...
O mon Jésus, Transforme-moi en toi, car tu peux tout ».
Amen.


Illustrations : Nizar Ali Badr (Syrie)

  Imprimer