Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Prier    >    Méditations pour le temps de Carême    >    Méditations Carême 2015    >    Méditation pour le mercredi des cendres 2015 (18 février)
Méditation pour le mercredi des cendres 2015 (18 février)

Le mercredi des cendres marque l’entrée en Carême. Les cendres sont en principe les cendres des Rameaux de l’année précédente qui ont été brûlés.

Au cours de la célébration, après l’écoute de la Parole, le prêtre invite les fidèles à la prière et bénit les Cendres faites, en principe, des rameaux bénis au dimanche des Rameaux de l’année précédente.
«  Demandons au Seigneur de bénir ces Cendres dont nos fronts vont être marqués en signe de pénitence ».
Puis, chacun reçoit sur la tête un peu de cendres tandis que le célébrant lui dit :
« Convertissez-vous et croyez à l’évangile » (Marc1,15) ou « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Genèse 3,19).

Même si les cendres sont imposées sur le front ou la tête qui est le siège de l’intelligence et de la pensée, c’est aussi le cœur qui est visé. Les paroles que le célébrant prononce, invitent le croyant à se rappeler sa fragilité, à s’interroger sur sa destinée, à se convertir, c’est-à-dire à remettre sa vie en conformité avec l’Evangile. C’est tout l’enjeu du Carême.

C’est ce que nous rappelle la Première lecture du mercredi des Cendres (Joël 2, 13) : « Déchirez vos coeurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, il regrette bientôt le malheur qu’il a envoyé ». Laissez-vous habiter par le Christ, afin de se laisser réconcilier avec Dieu, à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu ».

Le Psaume 50, exprime la démarche pénitentielle qui va marquer tout le Carême. Tout d’abord, il révèle l’attitude de Dieu : « ton amour », « ta grande miséricorde »… puis l’attitude de l’homme : « je connais mon péché », « ma faute », « mon offense ». On peut noter ensuite les demandes exprimées par la prière du pécheur : « efface mon péché », « lave-moi », « purifie–moi », « crée en moi », « renouvelle et raffermis », « ne me chasse pas », « ne reprends pas », « rends–moi », « ouvre mes lèvres ».

La deuxième lettre aux Corinthiens 5, 20 nous invite à nous réconcilier avec Dieu… « Au moment favorable, je t’ai exaucé, au jour du salut je t’ai secouru. Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour de salut. Ne le laisse pas s’éloigner loin de toi prends-le pour vivre avec le Seigneur ton Dieu. »

Et l’évangile de Mathieu 6,1- 6, 16 – 18, nous propose de ne pas nous accomplir devant les hommes pour nous faire remarquer. « Ton Père qui voit dans le secret te le rendra ». Il est possible de réaliser quelque chose de nouveau en nous-mêmes et autour de nous, simplement parce que Dieu est fidèle. Avec cette confiance filiale, mettons-nous en chemin.

Prière pour Christopher Ngoyi Mutamba

Seigneur, nous confions à ta tendresse notre frère Christopher Ngoyi Mutamba.
Arraché à l’affection des siens, actuellement détenu de façon arbitraire, donne Seigneur la foi et l’espérance à sa famille, ses amis et à lui-même.

Tu connais sa souffrance, sa peine, et peut-être son désespoir…
Ne l’abandonne pas, soutiens-le dans ce qu’il endure, mets lui au cœur la certitude qu’il peut compter sur ses amis, proches ou lointains.

Donne-nous de prier pour lui et les siens, afin que ce qu’il vit puisse faire l’objet d’une enquête sérieuse et que justice lui soit rendue. 

[Méditation proposée par sœur Janette Chambonnière]

  Imprimer