Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    S’informer    >    Torture    >    Objectifs de la torture
Actualités de l'ACAT
Chers adhérents et sympathisants, Samedi 1er...

Chers adhérents et sympathisants,
Samedi 1er décembre nous avons organisé le colloque « LES DROITS DE L’HOMME : hier, aujourd’hui. Demain ? ». Les lecteurs de ces lignes qui y ont assisté et le souhaitent peuvent dores et déjà nous transmettre leurs échos et souvenirs personnels concernant cette rencontre assez exceptionnelle.

En Belgique, nous sommes les témoins (quelquefois abasourdis, blessés) de traitements peu conformes vis-à-vis des réfugiés et de ceux qui tentent de leur venir en aide. Depuis plusieurs mois l’ACAT Allemagne travaille, en coopération avec d’autres ACAT européennes, à la mise au point d’une campagne, afin d’infléchir les politiques migratoires européennes notamment envers ceux qui débarquent dans nos pays après une longue, éprouvante et forcément terrible traversée de la Méditerranée. Les migrants sont abandonnés aux garde-côtes Libyens, victimes des pires violations (viols, internement et travaux forcés, esclavage).

Pour une politique européenne davantage respectueuse des droits humains des migrants, nous vous proposons aujourd’hui de diffuser une pétition dans votre entourage. C’est un travail de longue haleine et vous disposez jusque fin février 19 la faire connaitre et nous la renvoyer.

A l’honneur ce mois-ci est le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, qui sera fêté partout dans le monde le 10 décembre prochain. A ce sujet, nous vous rappelons la parution du dernier ouvrage de Guy Aurenche, qui nous a offert deux conférences début décembre. Son livre s’intitule : « Droits humains : n’oublions pas notre idéal commun ! »

Par ailleurs, vous pouvez « appeler » ici le dossier paroisses et le feuillet destinés aux membres de votre communauté, qui sont deux supports préparés par notre équipe, sous la direction de l’abbé Michel Rongvaux, dont nous nous empressons, d’ailleurs, de vous « passer » les vœux pour cet Avent, avant que ceux- ci ne deviennent caducs ! [ NDLR : l’abbé Michel Rongvaux est également un administrateur de l’ACAT].

« Au seuil d’une nouvelle année-cadeau du Seigneur. Ces samedi 1er et dimanche 2 décembre, nous voici lancés dans un nouveau cycle d’Avent. Alors dès à présent je vous souhaite une belle année, riche de renouvèlements, riche des
temps partagés, riche des imprévus, riche du temps grâcieux donné, riche de ce que la musique et les arts pourront vous insuffler et vous faire partager ...

bref une année de tous les anges !!!
 »

Bel Avent à tous

Cordialement,

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2018 (mois des JNP)

Bien chers tous,

Le SAMEDI 1er DÉCEMBRE 2018 se tiendra une Journée d’étude de l’ACAT-Belgique en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison, à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce colloque ou séminaire « Les Droits de l’Homme : hier, aujourd’hui. Demain ? » rassemblera Natacha Kazatchkine, (analyste politique à l’Open Society European Policy Institute), Vincent Spronck (directeur de la prison de Forest), Éric de Beukelaer, (prêtre catholique et juriste), Valérie Zézé (ancienne détenue co-auteure de la BD « La ballade des dangereuses »), ainsi que M. Lionel Grassy, de la FIACAT et de l’asbl « La balle aux prisonniers. Le soutien et la participation du journaliste à La Libre Belgique et sociologue Christian Laporte reste à confirmer.

En cliquant ici, vous verrez apparaître notre affichette mentionnant tous les détails de cette journée. - oui le format PDF doit être modifié car difficilement lisible-

Pour ce mois de novembre, seules deux actions sont au programme. Toutefois, avec les manifestations relatives aux JNP, l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), et les diverses conférences à l’affiche que sa commémoration appelle, à l’ACAT, nous avons soudain fort à faire. Pour les semaines à venir, nous vous laissons « piocher » dans notre Agenda et vous encourageons à participer à nos actions.
Comme toujours nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et souhaitons vivement la participation du plus grand nombre.

En passant, nous vous informons que fin octobre, notre ACAT Belgique s’est jointe à la position commune, à l’appel du GC4HR · @GulfCentre4HR. مركز الخليج لحقوق الأنسان (Gulf Centre for Human Rights, membre du réseau FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme entre autres).

Basée au Liban et cofondée par Abdulhadi Al-Khawaja et Nabeel Rajab, l’organisation se bat pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme. Le communiqué commun dénonce les agissements de l’Arabie Saoudite à l’encontre des journalistes, des cyber-activistes, notamment les détention arbitraires, l’oppression si répandue et cruelle des femmes, l’écrasement du Yémen et de ses civils, les condamnations à mort … le meurtre hallucinant du journaliste Kashoggi à Istanbul, enfin.

Cette position soutient la résolution de l’ONU demandant l’exclusion de l’Arabie Saoudite du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et exige des enquêtes.

La barbarie, un nom commun qui revenait souvent dans la bouche de notre cher Jacques Pardonge, quand nous étions réunis.

Pour combattre la barbarie donc, qui semble revenir en force, et ériger au contraire la DUDH en « colonne » -pardon je ne sais si l’expression est heureuse- du Christ et de l’humanité, restons en éveil !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Notre programme de nos célébrations pour marquer les 70 années d’existence de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( née en 1948).

SAMEDI 1 er DÉCEMBRE 2018
Journée d’étude de l’ACAT-Belgique –
www.acat.be,
en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison – www.jnp-ndg.be,
à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ,

In het kader van 70 jaar Universele Verklaring van Rechten van de Mens, 2 panels over het thema « vrijheden in het gevangenis als maatschappelijke uitdaging »

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
Sur notre page Facebook
Objectifs de la torture

Les définitions de la torture adoptées par l’ONU décrivent divers objectifs d’un pouvoir qui a décidé d’avoir recours à de telles méthodes :

  • Obtenir des renseignements
  • Obtenir des aveux
  • Punir la victime d’un acte commis par elle ou par un autre
  • Détruire la personnalité de la victime
  • Terroriser la victime et le groupe (politique, ethnique, religieux…) auquel elle appartient

La liste de ces objectifs n’est pas exhaustive.

Obtenir des renseignements

« Que feriez-vous si vous déteniez un homme qui sait où et quand doit exploser une bombe qui va tuer de nombreuses vies innocentes ? S’il refuse de parler, n’est-il pas juste de recourir à des méthodes contraires aux droits humains ? »

Ce dilemme moral, selon lequel entre deux maux il faut choisir le moindre, n’est pas nouveau. Il a toujours été le seul argument de ceux qui veulent justifier l’usage de la torture. L’armée française l’a employé en Algérie, les Britanniques en Irlande et les États-Unis l’utilisent depuis le 11 septembre.

En réalité, si la recherche de renseignements est un des buts du recours à la torture, l’imminence d’un danger pour des centaines de vies n’est qu’un prétexte.

Les renseignements recherchés sont d’abord des informations considérées comme importantes pour la sécurité de l’État (et surtout de ceux qui sont au pouvoir). Ils sont autant d’ordre politique que militaire. Il s’agit de remonter des réseaux et d’identifier les opposants, réels ou supposés tels, en invoquant l’impossibilité d’obtenir par d’autres moyens les renseignements indispensables.

C’est ainsi, sous le couvert d’interrogatoires, d’enquêtes, que la torture commence à s’installer dans un pays.

Obtenir des aveux

Le suspect est torturé pour qu’il reconnaisse avoir participé à un crime dont on l’accuse. Ce peut être aussi pour qu’il admette qu’il adhère à telle ou telle version d’un événement. On exigera aussi de lui qu’il signe un texte où il reconnaît sa culpabilité ou qu’il fasse des aveux publics.

Ce que l’on appelle « aveu » est alors utilisé comme preuve et suffit à justifier la tenue de procès et des condamnations qui y sont prononcées. Ces aveux peuvent aussi être utilisés comme prétexte pour justifier les répressions contre le groupe politique, ethnique ou religieux auquel appartient celui qu’on a fait avouer.

Punir

Dans les sociétés démocratiques, une peine d’emprisonnement est considérée comme suffisante pour réprimer les crimes, même les plus graves.

Dans les sociétés plus répressives, ou sous les régimes autoritaires, la privation de liberté ne suffit pas à « faire payer » le coupable. Il doit aussi souffrir dans son corps. Dans ce but, les châtiments corporels et la torture en prison sont largement utilisés.

De simples vols ou même l’adultère peuvent êtres punis par des amputations ou des coups de fouet en public. Les prisonniers de droit commun sont passés à tabac et détenus dans des prisons insalubres, surpeuplées, où les gardiens font régner l’ordre par les coups, l’enchaînement prolongé ou le maintien à l’isolement des mois entiers.

Dans les régimes autoritaires, les opposants, les journalistes, tous les contestataires, risquent aussi de subir des actes de torture. Ils peuvent être enlevés et durement tabassés avant d’être relâchés. Ils peuvent être condamnés après des parodies de procès et la torture en détention vient renforcer leur châtiment. La torture est alors une forme de vengeance.

Dans tous les cas, il s’agit non seulement de punir un acte d’opposition, mais surtout d’adresser un signal terrifiant à tous ceux qui seraient tentés de s’opposer au pouvoir en place, de le critiquer ou de dévoiler ses secrets.

Détruire la personnalité

L’objectif est de briser, définitivement si possible, la volonté de la victime et de désorganiser, déstructurer sa personnalité.

Le pouvoir cherche ainsi à anéantir ceux qu’il estime représenter une menace à son encontre, qu’ils soient maintenus en détention ou remis en liberté.

Pour les bourreaux, disait Jean-Paul Sartre, « le plus urgent, c’est d’humilier [leurs victimes], de raser l’orgueil de leur cœur, de les ravaler au rang de la bête . » [Jean-Paul Sartre « Une victoire », L’Express, mars 1956]

Terroriser l’individu ou le groupe social

La torture est un instrument des plus forts contre les plus faibles.

On torture des individus dans le but de faire naître la peur dans des communautés et des groupes sociaux déterminés. La torture est alors un terrorisme d’État, une technique de gouvernement. Elle est généralement associée aux exécutions extrajudiciaires et aux disparitions forcées.

Cette violence organisée prend pour cibles des minorités ethniques, religieuses ou sexuelles, ou encore les individus appartenant à des mouvements d’opposition politique (armés ou non) ou susceptibles d’y appartenir (famille des opposants, intellectuels). Dans cette logique, peu importe que l’on tienne LE coupable, on tient un de ses semblables et c’est pareil.

Très souvent, la torture est alors justifiée par une idéologie raciste, intégriste ou nationaliste : parce qu’elles ne pensent pas correctement, parce qu’elles ne prient pas le même Dieu, parce qu’elles résistent à l’oppression, les victimes sont considérées comme des êtres inférieurs, à peine humains, à l’encontre desquels tout est permis.

La torture n’est jamais reconnue officiellement par le pouvoir. Mais le secret qui l’entoure ne sert pas seulement à couvrir l’illégalité, il en est en quelque sorte la publicité. Les plaintes restent sans réponse. L’impunité règne. La peur des dénonciations, le spectre des arrestations amènent les gens à se taire et à se montrer dociles vis-à-vis de l’État et de ses représentants.

Ainsi, contrairement à l’idée reçue, la torture ne sert pas à faire parler, elle sert à faire taire.

[Source ACAT-France]

  Imprimer