Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Prier    >    Pourquoi prier et pour qui
Actualités de l'ACAT
Rappel de la pétition TOGO de l’ACAT Suisse contre la recrudescence du lynchage au Togo
Samedi 10 décembre 2016 : Célébration œcuménique et rencontre-débatpour la journée des Droits de l’homme à Bruxelles

L’ACAT vous invite à célébrer la journée internationale des Droits de l’homme en l’église orthodoxe de la Sainte-Trinité et des Saints-Côme et Damien (Rue Paul Spaak 26, 1050 Bruxelles), le samedi 10 décembre 2016 de 18h à 20h.

La célébration sera suivie d’une rencontre-débat sur le thème "Droits de l’homme et privation de liberté en Belgique : respectons-nous la dignité humaine ?"

Nous espérons vous y retrouver nombreux !

La Belgique manque une occasion de ratifier le Protocole contre la Torture !

A l’occasion que l’examen par la Commission justice du parlement examinera le projet de Loi Pot-Pourri IV Le 29 novembre, l’ACAT s’associe à plusieurs autres organisations de la société civile pour dénoncer l’absence d’attention à la torture dans les discussions pour réformer le système judiciaire de notre pays.

Biram Dah Abeid : 2 RV (16 et 17 Novembre 2016)
Conférence le 30 novembre à Bruxelles : Vers l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis ? Le témoignage de Rais Bhuiyan

L’ACAT et Amnesty International s’associent à Sant’Egidio pour l’organisation cette conférence autour d’un témoignage exceptionnel, le mercredi 30 novembre à 19h à la Chapelle de la Résurrection (attention : Rais Bhuiyan s’exprimera en anglais et l’interprétation sera disponible pour un nombre de personnes très limité).

Sur notre page Facebook
Pourquoi prier et pour qui

La prière n’est ni alibi ni passivité, mais, tel un appel, la reconnaissance de la pauvreté et de l’impuissance humaine : prier pour ceux qui subissent la torture et pour ceux qui l’infligent, c’est prier pour la libération des victimes et pour la réconciliation de l’homme avec Dieu.

Cette prière, parce qu’elle exclut la haine, fait barrage à la spirale de la vengeance. Mais elle ne s’oppose nullement aux nécessaires actions de justice et sanctions.

La prière est aussi lieu de louange à Dieu et d’action de grâce pour tant de courages individuels, de refus de la résignation et pour les libérations obtenues... Même s’il a fallu, pour ces résultats, et à l’instar de la veuve de l’Evangile, importuner de nombreuses instances de pouvoir.

La prière pour les torturés et les condamnés à mort est au cœur de l’action de l’ACAT. Nous invitons les chrétiennes et les chrétiens à exprimer leur solidarité devant Dieu :

  • pour les torturés, les personnes ayant subi des mauvais traitements et les condamnés à mort
  • pour la conversion des tortionnaires
  • pour tous ceux et celles qui, par indifférence ou par peur, deviennent complices du mal que les hommes se font
  • pour l’abolition de la torture et de la peine de mort
  • pour la réconciliation

Dans la prière nous nommons l’injustice, la douleur et la peine des victimes. Nous désignons également les bourreaux et les confions, avec les victimes, à la justice de Dieu et à sa miséricorde. La prière protège contre l’oubli de l’inhumanité. L’injustice et la peine ne sont pas passées sous silence, mais intégrées dans ce que nous exprimons.

La prière ne doit pas uniquement être l’expression de vœux pieux. Nous croyons que Dieu qui nous a créés à son image est à notre écoute. Nous croyons que Dieu libère les prisonniers, console les personnes ayant subi des mauvais traitements, aide les bourreaux à prendre conscience et qu’Il est pour tous la source de courage et d’espoir.

[Source ACAT-Suisse et FIACAT]

  Imprimer