IMPRIMER
ACAT Belgique francophone
http://www.acat-belgique-francophone.be/
Appel Urgent (Juillet 2018) République démocratique du Congo

« Offense au chef de l’Etat »
Près de six mois après leur arrestation arbitraire, cinq militants du mouvement citoyen pro-démocratie Filimbi (sifflet en Swahili) ont enfin été présentés devant la justice congolaise. Le 19 juin 2018, le tribunal de paix de Ngaliema à Kinshasa a décidé de les maintenir en détention provisoire, pour quinze jours, en attendant leur jugement pour « offense au chef de l’Etat ».

« Il n’y a point de rocher comme notre Dieu »

Samuel 2 :2

Word - 64 ko

Intervenir avant le 19/08/2018


Carbone Beni, Grâce Tshiuza, Mino Bompomi, Cédric Kalonji et Palmer Kabeya ont été arrêtés, sans mandat, fin décembre 2017 par des agents des services de renseignements. Leur crime : avoir appelé la population kinoise (habitants de Kinshasa) à participer à une manifestation pacifique pour réclamer des élections. Ils ont été torturés durant leur garde-à-vue, au secret, par des agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR) qui voulaient tout savoir de leurs activités, financements et objectifs. Incarcérés au centre de détention « 3 Zulu » à proximité de la primature à Kinshasa, ou au quartier général de l’ANR, tous ont souffert des tabassages des premiers jours durant lesquels ils ont été soumis à des interrogatoires musclés. Leur état de santé s’est détérioré. Carbone Beni a été hospitalisé en urgence le 1er mai dernier (hernie, appendicite).
Il aura fallu près de 6 mois pour que la justice reconnaisse que leur détention était abusive et violait la Constitution. En RDC, aucune détention ne peut dépasser 48h00 sans une décision de justice... Mais au lieu de libérer les militants, la justice a retenu l’accusation d’ « offense au chef de l’Etat » et légalisé leur détention. Une aberration habituelle en RDC...

Contexte

Depuis janvier 2015, le régime au pouvoir harcèle continuellement les membres de la société civile et de l’opposition qui se mobilisent en vue du respect de la Constitution. Cette Constitution ne prévoit que deux mandats présidentiels consécutifs. Le Président Joseph Kabila aurait donc dû achever son second mandat le 19 décembre 2016. Le 11 mai 2016, la Cour constitutionnelle l’a pourtant autorisé à rester en poste en cas de report du scrutin présidentiel. Auparavant, son gouvernement avait tenté en vain de modifier la Constitution ou les règles électorales pour lui permettre de rester au pouvoir. Face à la mobilisation citoyenne, ses tentatives avaient échoué. Dans la semaine précédant le 19 décembre, de nombreux membres de la société civile ont été arrêtés. Les réseaux sociaux et certaines radios ont été coupés. De nombreux militaires et policiers, lourdement armés, déployés dans les principales villes du pays. Bien que les autorités aient interdit toute manifestation, la population est descendue dans les rues afin de contester le scénario d’un maintien à vie d’un régime dont l’unique projet est la conservation du pouvoir par la violence. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles, tuant au moins 40 manifestants à Kinshasa, Lubumbashi, Boma et Matadi. Plus de 100 personnes ont été blessées, 460 autres ont été arrêtées. La justice congolaise n’a jamais enquêté, comme lors des vagues de répressions passées. L’impunité du pouvoir est totale. La justice et les forces de l’ordre sont assurément les instruments politiques d’un régime violent et corrompu. Les autorités retardent la tenue du scrutin présidentiel. En novembre 2017, la CENI – institution en charge des élections – a annoncé la tenue des élections présidentielle, législative et provinciale pour le 23 décembre 2018. Il est fort possible cependant que ces scrutins ne puissent pas se tenir à la date prévue : l’insécurité, entretenue par les autorités, grandit dans plusieurs provinces. Jusqu’à ce jour la communauté internationale demeure impuissante face à ce chaos entretenu par le régime Kabila pour se maintenir au pouvoir.